Category: Google

2015 sera l’année de la tablette

Ventes d'ordinateurs et appareils mobilesDans le monde des outils de communication, les derniers chiffres communiqués par Gartner tablent sur la prise de pouvoir des tablettes dès l’année prochaine.

Selon le bureau d’études, l’iPad et ses cousins dépasseront les 320 millions d’unités vendues dans le monde contre 317 millions pour les PC au sens large (machines de bureau, portables, etc.).

Derrière ce chiffre se cache une double évolution: celle des PC, incontestablement à la baisse, et celle des tablettes… dont la progression des ventes se ralentit.

On a connu les années précédentes des progressions d’année en année allant jusqu’à 70%. Mais par rapport à 2013, la progression prévue cette année ne serait « que » d’environ 24%. S’il reste impressionnant, ce chiffre reflète un marché arrivé à maturité et qui devient un marché de remplacement.

Le succès des tablettes de petit format (7 et 8 pouces) lui a offert une dose d’énergie au cours des derniers mois, mais aujourd’hui, il semble que la majorité de ceux qui étaient intéressés par une tablette en disposent.

La question est donc de savoir si quelqu’un trouvera un moyen de le re-dynamiser ou si, progressivement, on va s’orienter vers de nouvelles catégories d’appareils comme, par exemple, la smartwatch.

On notera aussi que les smartphones continuent leur progression. Le cap des deux milliards d’appareils vendus en un an pourrait être atteint et dépassé dès 2016.

Une bonne nouvelle pour Google dont le système d’exploitation continue de dominer à outrance le marché des outils dédiés à la communication électronique. A lui seul, Android représentera en 2015 davantage que Windows, iOS, MacOS X, Linux et les autres combinés.

Systèmes d'exploitation 2013-2015

Mini, mini, mini

A partir du moment où Apple présentait un « petit » iPad, on se disait que son PDG mettrait un point d’honneur à expliquer ce retournement de situation au vu des déclarations de Steve Jobs voici deux ans à peine. Pour rappel, Jobs avait expliqué que, seule, la taille de l’iPad, était appropriée pour bénéficier pleinement des applications. Et il avait été plus loin en affirmant que même si, dans l’avenir, une nouvelle technologie d’écran devait voir le jour et permettre de profiter pleinement du niveau de qualité requis par Apple, « il faudrait vendre ces tablettes avec du papier de verre… pour limer le bout de nos doigts, trop gros pour un écran de cette taille« . On peut réécouter cette intervention ici.

Mais, non, pas un mot. Tim Cook n’est pas revenu sur ce credo de son illustre prédécesseur. Chez Apple, Steve Jobs restera une figure « exploitable » de temps en temps, notamment sur le plan marketing, mais pour le reste, sa page est définitivement tournée, sinon oubliée. Un an après…

On ne veut pas dire par là que l’iPad mini dévoilé hier par Phil Schiller est une mauvaise idée. Que du contraire: l’objet risque d’être l’un des cadeaux les plus recherchés cet hiver sous le sapin. Il est plus cher que ses concurrents? Et alors? Ne bénéficie-t-il pas d’atouts en rapport? A 329€ (prix de départ), notre avis est qu’on va se l’arracher. Et qu’il va permettre à Apple d’écraser un peu plus encore ce qui lui reste de concurrence. Même celle de Microsoft. Car le choix du 23 octobre pour annoncer l’iPad mini, un nouveau « nouvel iPad » (qui s’appelle désormais iPad avec écran Retina), un nouveau Mac mini et un nouvel iMac évoque une charge marketing et médiatique contre Microsoft et la sortie mondiale de Windows 8 (en plus des tablettes Surface), ce vendredi 26 octobre.

Mais si la présentation d’hier était riche, elle laisse un curieux sentiment. Celui d’un Apple qui n’aurait plus tout à fait l’approche d’un innovateur, mais plutôt celle d’une entreprise qui se repositionne – certes avec talent -, par rapport au reste du marché. On ne nous enlèvera pas de l’esprit que le nouvel iPad avec écran Retina est la tablette que nous aurions dû découvrir voici 7 mois. Et que l’iPad mini n’est qu’une réaction assez tardive aux concepts du même type initiés par Amazon et Google, notamment.

Au final, bien sûr, Apple reprend la tête. Sans jamais l’avoir vraiment perdue, d’ailleurs. Mais, dans l’attente de pouvoir découvrir « en vrai » les nouveaux appareils, on se dit que le côté « Waouw! » qui caractérisait la majorité des présentations signées Steve Jobs n’était pas au rendez-vous d’hier.

En France, François Hollande se veut un président « normal ». On doute que les utilisateurs des quatre coins du monde souhaitent voir Apple suivre la même voie.

Il y a une autre façon d’analyser la situation. Chez Apple, on a peut être considéré que le marché devait d’abord passer par une phase comme celle-ci. Que la puissance et l’ambition des concurrents (Amazon, Google, Microsoft: pas des nabots…!) nécessitait une (ré)action exclusivement réfléchie en terme de « guerre commerciale » à court terme. Il se murmure que, pour promouvoir le lancement de Windows 8 et des tablettes Surface, Microsoft aurait dépensé plus d’un milliard de dollars rien qu’en marketing. Face à de tels montants, l’heure n’était peut-être pas aux démonstrations de génie. Encore que la conception des produits dévoilés hier soir a de quoi impressionner. Il semble par exemple que l’iPad mini « écrase » la Nexus 7 de Google. Elle est moins chère, certes (249€ à la Fnac France), mais…

Tim Cook a indiqué hier que, depuis son lancement, l’iPad s’était vendu à plus de 100 millions d’exemplaires. Ce chiffre a toutes les chances de grimper au cours des deux derniers mois de l’année. Comme souvent, le principal problème d’Apple sera celui de l’approvisionnement. La demande, elle, sera là.

* * *

Un mot encore, qui n’a rien à voir avec ce qui précède: non évoqué au cours des dernières présentations, l’iPod Classic a connu une sensible transformation au cours des dernières semaines. Aucune médiatisation pour un tel événement: sans avoir changé en quoi que  ce soit, l’appareil a vu son prix augmenter dans plusieurs pays. Sans raison particulière. En Belgique, il est à 269€. En France, c’est 289. En Allemagne 259. Comment dit-on, déjà? Ah oui, « marché unique »…

iOS 6: c’est pour demain!

C’est à partir de demain, mercredi 19 septembre, que chacun pourra télécharger iOS 6 tant pour iPad que pour iPhone et iPod touch.

Apple présente en détails la liste des améliorations permises par cette nouvelle version du système d’exploitation sur cette page.

Qu’en retenir d’essentiel?

Il y a d’abord Maps. Symbole de la rupture avec Google, cette nouvelle application de cartographie exploitera les données fournies par TomTom et permettra de survoler certaines villes en 3D.

Existant jusque-là en version Beta, Siri pourra être exploité sur la dernière génération d’iPad (pas le 1 et le 2, la cinquième génération diPod touch et les iPhone 4S et 5. L’outil de commande vocale, peu abouti à sa sortie, devrait permettre un bien plus grand nombre de commandes… et de façon bien plus efficace.

Ping étant bel et bien enterré, Apple a choisi de favoriser l’intégration de Facebook. Il va devenir possible de partager une photo directement au départ de l’application Appareil photo ou de la photothèque Photos, tout en indiquant sa localisation via Maps.

Avec Share Photo Stream, il suffira d’ouvrir Photos, d’y sélectionner une image, puis de cliquer le bouton « Partager » avant de sélectionner tel ou tel contact et il ou elle la recevra. Pour les adeptes d’iCloud, l’image arrivera directement dans l’application Photos (sur appareil iOS) ou dans iPhoto (Mac).

Parmi les nouvelles fonctionnalités d’iOS 6, Passbook est peut-être la plus intrigante: elle va permettre de conserver des tickets de concert, des billets d’avion ou des réservations d’hôtel sur votre appareil iOS sans devoir les imprimer.

Depuis la présentation de Facetime, on se demandait quand on pourrait se libérer de la contrainte qui en limitait l’usage aux réseaux Wi-Fi. C’est fait: avec iOS 6, vous allez pouvoir vous lancer dans des séances de vidéoconférence via le réseau 3G  (avant le 4G, un jour…).

Téléphone, l’application finalement essentielle de l’iPhone, a également été revue. Désormais, en cas d’appel entrant, vous pourrez répondre via un SMS ou mémoriser que vous devez recontacter ledit interlocuteur. Autre possibilité: activer l’option « Ne pas déranger » qui bloquera tous les appels… sauf ceux que vous spécifierez. Comme votre partenaire ou votre contrôleur des contributions. C’est vous qui choisissez.

On est aussi heureux de découvrir une version de Mail revue et simplifiée, qui permet en outre d’établir une liste de contacts importants et facilite l’ajout de photos et/ou vidéos à un courriel.

Safari subit lui aussi une séance de rafraichissement en permettant désormais de sauvegarder des pages Web (et non plus uniquement des liens) dans une liste de lecture  ou en gardant trace des pages visitées via iCloud Tabs: de quoi reprendre sur iPad une lecture entamée sur iPhone, par exemple.

D’autres améliorations sont au menu d’une mise à jour qui est donc attendue demain…

 

Microsoft, Samsung et Sony attaquent, l’iPad domine

Le marché mondial des tablettes devrait dépasser 222 millions d’unités par dès 2016, selon IDC. Un joli gâteau qui suscite beaucoup de convoitises. En lançant prochainement sa Surface, Microsoft entend en revendiquer une part de 30%. Reste à savoir si le vent de fronde soulevé chez les traditionnels fabricants de PC – et notamment Acer – par cette initiative n’en affaiblira finalement pas les effets. Depuis l’annonce initiale de Surface, plusieurs rumeurs évoquent un prix de vente qui pourrait se situer juste sous la barre des 200 dollars. On ne peut l’exclure, mais cela signifierait probablement que Microsoft a choisi de subsidier (traduisez: perdre de l’argent) sur chaque tablette vendue, afin de « s’acheter » une part de marché face à Apple. Certes, cette philosophie a plusieurs fois par le passé été utilisée… dans le secteur du jeu vidéo. Mais on voit mal Microsoft choisir de l’appliquer ici et l’expliquer sereinement à HP, Toshiba, Lenovo, Dell, Acer, Asus, Samsung et consorts.

Reste que, aujourd’hui, selon IHS iSuppli, Apple reste ultra-dominant sur le marché des tablettes avec une part du gâteau au deuxième trimestre encore plus importante qu’au premier: 69,6% pour l’iPad contre 9,2% à Samsung, 4,2% à Amazon et 2,8% à Asus. On notera que ces chiffres ne prennent pas en compte le dernier joujou de Google, la tablette Nexus 7.

Même avec Windows 8, la donne ne devrait pas changer fondamentalement. En juin, IDC considérait qu’Apple détiendrait 62,5% du marché mondial des tablettes à la fin de cette année: une progression de plus de 4% par rapport à la fin 2011. L’arrivée – maintes fois annoncée – d’un « iPad mini » avec un écran de 7 à 8 pouces pourrait permettre à l’entreprise californienne de conforter son leadership en… coupant l’herbe sous le pied de ses concurrents. Si l’on évoque toujours la date du 12 septembre pour l’annonce officielle de ce petit iPad (mais aussi de l’iPhone 5 et probablement d’un nouvel iPod), la date de commercialisation évoquée aux Etats-Unis serait le 21 septembre et le 5 octobre pour les premiers pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne,…).

Même en Chine, l’iPad cartonne: selon China Daily, la tablette d’Apple aurait représenté 72,6% des ventes dans le pays au cours du 2e trimestre: une progression de 20,06% par rapport au 1er trimestre. Le second serait Lenovo, avec 8,38%. Dans le même temps, Samsung aurait vu sa part de marché en Chine diminuer de 7,69% par rapport à la même période de l’an passé: le géant coréen n’aurait que 3,59% du marché chinois des tablettes.

Face à ces données, la très discrète présentation officielle de la tablette Galaxy Note 10.1 de Samsung, hier, aux Etats-Unis, relève presque de l’anecdotique. L’entreprise coréenne semble tellement peu croire à ce produit qu’elle n’a même pas jugé utile d’envoyer un communiqué à la presse, en tout cas en Europe. Certains en concluent que cette présentation ne trouve en réalité sa justification que dans le cadre du procès qui oppose actuellement Samsung à Apple outre-Atlantique: secrètement informée de caractéristiques de l’hypothétique iPad mini, le fabricant coréen aurait cherché à précéder Apple afin de montrer que le copieur n’est pas toujours du côté de Seoul. Rumeur, rumeur,… Reste que le Galaxy Note 10.1 évoque une version agrandie du Galaxy Note: tournant sous Android, il est équipé d’un stylet (S Pen) pour faciliter la prise de notes manuscrites. La première impression de plusieurs sites américains (CNet, Engadget, The Verge,…) est à tout le moins peu enthousiaste.

On notera encore que Sony devrait profiter du salon IFA qui se tiendra à Berlin à partir du 31 août pour dévoiler la Xperia Tablet. Elle serait équipée d’un processeur quad-core Nvidia Tegra 3 et serait proposée en versions 16, 32 et 64 GB.

Chiffres et stratégies

La déception de certains analystes par rapport aux derniers résultats trimestriels d’Apple ne laisse de surprendre, d’autant que l’engouement des développeurs, lui, ne faiblit pas: on relève aujourd’hui 650.000 applications pour appareils iOS dont 250.000 dédiées à l’iPad. Il est vrai qu’Apple a reversé pas moins de 5,5 milliards de dollars aux développeurs pour le 2e trimestre: ce n’était « que » 4 milliards au cours du premier.

Dans un rapport publié mercredi, Strategy Analytics indique que la part de marché d’Apple dans le secteur des tablettes a encore progressé. Elle serait passée de 62 à 68%. Un résultat d’autant plus impressionnant que, dans le même temps, les ventes mondiales (toutes marques confondues) auraient augmenté de 14,9 millions d’exemplaires (2ème trimestre 2011) à 24,9 millions.

D’une année à l’autre, Android aurait maintenu sa part du gâteau: 29%. Un même pourcentage d’un marché en pleine croissance: il se serait vendu 7,3 millions de tablettes tournant sous Android

Les grands perdants seraient à trouver du côté de Microsoft et de RIM (BlackBerry). Bien sûr, du côté du premier, on base énormément d’espoir sur l’arrivée de Windows 8 et de la tablette Surface: Microsoft reconnaît cependant que cette dernière risque le positionner en concurrence des fabricants comme Acer, Asus et autres. A l’image de HP, ils pourraient être tentés de bouder cette plateforme.

 

 

De suite en suite

Alors que l’annonce de la disponibilité de CloudOn en Belgique devrait intervenir tout prochainement et que les rumeurs concernant l’arrivée future d’une version de Microsoft Office pour iPad reprennent de la vigueur, on apprend que Google vient de se payer rien moins que la suite bureautique QuickOffice.

C’est par un avis publié en ligne que Google a officialisé la nouvelle. Outre un respectable nombre d’utilisateurs, cette acquisition offre à Google un puissant outil à intégrer à sa stratégie, autour de Google Docs et autres Google Drive. On peut s’attendre à le voir bénéficier de nouveaux développements afin de « couper l’herbe sous le pied » de la future version tablette de MS Office.

Une suite bureautique gratuite et la rumeur Loewe

La « pseudo-info » des dernières heures, c’est la rumeur, relayée par Apple Insider et reprise ensuite par la de nombreux sites, qui évoque des discussions portant sur l’éventuelle prise de contrôle du fabricant allemand Loewe par Apple (à recarder dans la perspective de la toujours hypothétique entrée d’Apple sur le marché de la TV).
Le grand journal allemand Die Welt fait écho à ces spéculations et indique qu’elles sont démenties par Loewe… tout en laissant entendre qu’il pourrait y avoir matière à collaborations entre les deux entreprises. C’est d’ailleurs déjà le cas puisque, comme beaucoup d’autres producteurs de TV, Loewe a développé des solutions compatibles avec AirPlay, par exemple.

A suivre!

L’autre nouvelle de la journée, c’est le passage très momentané de payante à gratuite pour l’application iPad Smart Office 2.

Cette suite bureautique compatible avec Microsoft Office toutes versions depuis Office 97) n’est certainement pas la plus séduisante sur le plan de l’interface (on serait même tenté de dire qu’elle est complètement loupée!), mais… elle fonctionne.

Autrement dit, elle permet de lire, modifier et créer des documents Word, PowerPoint et Excel. Rajoutons l’export en format PDF, la sauvegarde ou la récupération via DropBox, la compatibilité avec Google Docs, la localisation en français, etc.

Si vous ne disposez pas de Office 2 HD ou de QuickOffice Pro HD, l’occasion est à ne pas louper.

 

Et maintenant, jouez!

Pour la plupart, nous utilisons une tablette afin de consulter du contenu: surfer sur le Web, mettre à jour son statut Facebook, lire journaux livres et magazines, regarder des films sur YouTube ou des photos, consulter son agenda ou son solde bancaire,… Et puis, il y a les jeux. Les classiques et les autres. Un marché qui n’en finit pas de prendre du volume. En avril 2011, Google avait publié les résultats d’une enquête menée auprès de 1400 utilisateurs de tablettes américains. 84% d’eux avaient indiqué qu’ils utilisaient notamment leur tablette pour jouer. Un pourcentage plus élevé que la recherche d’information (78%), le courrier électronique (74%) ou la lecture d’actualités (61%).

Juniper Research vient de publier une nouvelle étude. 41 pages pour tout savoir sur le marché du jeu mobile. Il vous en coûtera un peu plus de 2.000 euros pour la découvrir intégralement, mais voici quelques éléments à en retenir.

Rappelons tout d’abord que le marché mondial des tablettes, qui représentait 17,6 millions d’unités en 2010 et 55,2 millions en 2001, devrait se situer entre 120 et 150 millions d’unités en 2013. L’iPad, à lui seul, devrait s’écouler à environ 60 millions d’exemplaires cette année. Ce chiffre tient bien évidemment compte à la fois de l’iPad 2 et du « Nouvel iPad » qui démarre sa carrière commerciale aujourd’hui en Belgique, via Mobistar.

Le point le plus spectaculaire de l’étude concerne probablement la taille du marché. Selon Juniper Research, le chiffre d’affaires du jeu sur tablette devrait passer de 491 millions de dollars l’année dernière à 3,1 milliards de dollars en 2014. Et, en 2016, il devrait représenter un tiers d’un marché « mobile » qui vaudrait alors plus de 18 milliards de dollars…!

Un tiers du gâteau, c’est une part plus petite que celle dédiée aux smartphones. Logique: un jeu pour tablette coûte souvent plus que son équivalent pour smartphone. Et l’arrivée de l’écran Retina Display sur la troisième génération d’iPad pourrait amplifier cette différence.

On notera aussi que, selon l’étude de Juniper Research, on n’est plus du tout, avec les tablettes, dans l’esprit « vite une partie de mon jeu favori pour tuer le temps pendant que j’attends mon tour chez le dentiste ». Cela, c’était bon pour le Nokia d’il y a quelques années. Aujourd’hui, on serait beaucoup plus dans la tendance du jeu « casual » auquel on ne se consacre que lorsqu’on l’a décidé et qu’on est prêt à lui accorder son temps sans trop se fixer de limite. Le concept d’Angry Birds s’inscrit dans cette approche. Une autre tendance mentionnée par le bureau d’études a trait à la popularité croissante des « jeux sociaux »: ceux qui cherchent à vous faire impliquer vos relations sur Facebook dans la partie.

Vers une app Gmail pour iOS

Ce n’est pas (encore) officiel, mais Google serait sur le point de proposer une application iOS (iPad, iPhone, iPod Touch) dédiée à Gmail.

Selon le blog de M. G. Siegler, il se pourrait que l’application soit en phase d’approbation chez Apple. Ce qui permettrait d’envisager une disponibilité dans les dix à quinze jours. Dans le cas, bien sûr, où elle serait approuvée à Cupertino. On sait que les relations entre Apple et Google ne sont pas des meilleures depuis la « trahison » de Google et son entrée sur le marché de la téléphonie mobile.

Reste qu’une application ‘native’ permettrait aux très nombreux adeptes de Gmail de mieux tirer parti de leur compte, même si celui-ci est évidemment accessible via Mail ou Safari. M. G. Siegler indique sur son blog que les personnes qui ont vu l’application la qualifient de « assez fantastique ». Elle inclurait la fonction de « Push Notifications ».

A suivre…

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.