Category: HP

Oui, mais…

Infinite Loop AppleComme prévu, Apple a annoncé hier soir un bénéfice trimestriel qui, pour la première fois depuis dix ans, est inférieur à celui du trimestre correspondant de l’année précédente. Il passe en effet de 11,6 à 9,5 milliards de dollars, une diminution de 18%. C’est important. Est-ce dû à la crise économique, à la concurrence des autres marques, à l’absence de nouveauté chez Apple,…? Un peu de tout, probablement. Mais à l’heure où certains pointent un doigt accusateur vers Tim Cook, allant jusqu’à demander sa tête, il faut noter que les ventes d’iPhone ont progressé de 35,1 à 37,4 millions. Et que celles d’iPad ont littéralement explosé: de 11,8 à 19,5 millions. Certes, ce dernier chiffre ne permet pas de connaître la proportion d’iPad et d’iPad mini, mais elle montre à quel point ce qui est toujours aujourd’hui la meilleure tablette du marché continue à susciter l’engouement.
Dans le même temps, Apple a vendu « un peu moins de quatre millions de Mac, à comparer aux 4 millions du même trimestre de l’exercice précédent ». L’entreprise californienne fait donc plutôt mieux que les autres fabricants informatiques qui, dans plusieurs cas, se prennent ces derniers mois une véritable gifle (Acer, HP,…).
Alors, Tim Cook a-t-il vraiment tout faux? On connaît beaucoup d’entreprises qui signeraient des deux mains pour de tels résultats. Mais évidemment, il y a les actionnaires et la concurrence. Même si le cours de l’action est récemment tombé aux environs des 400 dollars alors qu’elle flirtait voici quelques mois encore avec la barre des 700 dollars, Apple a annoncé une augmentation du dividende versé aux actionnaires. Et forte d’un « solde de trésorerie de 145 milliards de dollars », l’entreprise a annoncé hier soir une série d’importantes nouveautés pour l’automne. C’est à ce moment-là, probablement, qu’on pourra « juger » de l’aptitude de Tim Cook et de ses équipes à prolonger la voie tracée par Steve Jobs. Cela veut-il dire qu’on ne découvrira rien avant? Pas sûr. Mais d’ici là, les rumeurs quant à une iTV, une iWatch, un iPhone 5S et de nouveaux Mac ne vont faire qu’amplifier.

Chiffres et stratégies

La déception de certains analystes par rapport aux derniers résultats trimestriels d’Apple ne laisse de surprendre, d’autant que l’engouement des développeurs, lui, ne faiblit pas: on relève aujourd’hui 650.000 applications pour appareils iOS dont 250.000 dédiées à l’iPad. Il est vrai qu’Apple a reversé pas moins de 5,5 milliards de dollars aux développeurs pour le 2e trimestre: ce n’était « que » 4 milliards au cours du premier.

Dans un rapport publié mercredi, Strategy Analytics indique que la part de marché d’Apple dans le secteur des tablettes a encore progressé. Elle serait passée de 62 à 68%. Un résultat d’autant plus impressionnant que, dans le même temps, les ventes mondiales (toutes marques confondues) auraient augmenté de 14,9 millions d’exemplaires (2ème trimestre 2011) à 24,9 millions.

D’une année à l’autre, Android aurait maintenu sa part du gâteau: 29%. Un même pourcentage d’un marché en pleine croissance: il se serait vendu 7,3 millions de tablettes tournant sous Android

Les grands perdants seraient à trouver du côté de Microsoft et de RIM (BlackBerry). Bien sûr, du côté du premier, on base énormément d’espoir sur l’arrivée de Windows 8 et de la tablette Surface: Microsoft reconnaît cependant que cette dernière risque le positionner en concurrence des fabricants comme Acer, Asus et autres. A l’image de HP, ils pourraient être tentés de bouder cette plateforme.

 

 

Chez Microsoft, la tablette refait Surface

Voici près de douze ans déjà, Bill Gates avait dévoilé le concept de « tablet computer ». Il s’agissait, en gros, d’un PC portable dont l’écran, tactile, pouvait pivoter sur son axe avant d’être replié sur le clavier portable, offrant ainsi la possibilité de l’utiliser comme bloc-notes électronique. Destiné à l’époque comme un produit d’entreprise, l’objet fonctionnait sous Windows et était fabriqué et commercialisé par les partenaires traditionnels de Microsoft. Le succès ne fût pas au rendez-vous.

Plus récemment – 2008 -, on découvrit un concept baptisé Courier: une tablette dotée de deux écrans de 7 pouces et présentée un peu comme un livret. Malgré (ou à cause…) son originalité, la piste fût abandonnée en 2010, Microsoft précisant alors qu’il n’avait jamais été question d’en faire un produit à commercialiser.

Entretemps, fort d’une maîtrise conjuguée du matériel et du système d’exploitation, Apple a fait de l’iPad le succès que l’on sait. Et les efforts des grands acteurs traditionnels du marché informatique n’ont rien pu faire pour le freiner. Contrairement au marché des smartphones où, aujourd’hui, Android a dépassé iOS en nombre d’appareils vendus, le secteur des tablettes reste archi dominé par l’iPad.

Microsoft a-t-il jugé que les Acer, HP et autres Samsung étaient incapables de développer un concept suffisamment porteur pour concurrencer Apple sur un marché qui, selon IDS, pourrait représenter plus de 222 millions d’appareils d’ici 2016? Steve Ballmer a en tout cas franchi le Rubicon hier soir en présentant la première tablette de Microsoft… même si le logo de cette dernière n’apparaît pas: c’est celui de Windows qui est mis en évidence. Logique: la tablette Surface n’existe que par la grâce de Windows 8, la nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft que l’on devrait découvrir au cours des derniers mois de l’année. Reprenant l’interface Metro popularisée initialement par le baladeur audionumérique Zune puis par la dernière génération de Windows Phone, Windows 8 a été conçu dès le départ pour les écrans tactiles et donc notamment pour les tablettes.

Reste que Microsoft est… Microsoft et que l’entreprise n’a jamais privilégié la simplicité de son offre commerciale. On le voit à chaque production de la suite bureautique Office, déclinée en plusieurs versions. C’est également le cas pour le système d’exploitation. La tablette Surface sera proposée en deux versions très proches à première vue – ne serait-ce qu’en raison de la taille d’écran: 10,6 pouces -, mais très différentes en réalité. Microsoft a laissé planer le flou sur plusieurs points.

Surface pour Windows RT visera le grand public. Poussée par un processeur ARM, d’un poids de 676 grammes pour une épaisseur de 9,3 mm, cette tablette sera proposée en 32 et en 64 GB. On ignore encore si elle sera commercialisée en mode Wi-Fi uniquement ou aussi en mode Wi-Fi + 3G. Elle bénéficiera d’une connectique qui intégrera notamment un port microSD et un port USB 2.0. Son prix devrait « correspondre à l’offre actuelle du marché ». Ce qui veut tout dire… et rien à la fois. Ce qui semble sûr, c’est que Surface pour Windows RT ne pourra exploiter que les programmes compatibles Metro, commercialisés via le Windows Store.

Bien plus ambitieuse, la tablette Surface pour Windows 8 Pro sera destinée au marché des entreprises. Son atout est aussi sa faiblesse: elle bénéficiera du processeur Intel Core i5 (Ivy Bridge), garant d’une incontestable puissance (il devrait permettre de faire tourner de « vrais » programmes)… mais aussi d’un format plus volumineux (épaisseur de 13,5 mm, poids de 903 grammes) et d’une consommation plus importante, ce qui se traduira par une autonomie moins longue. On est là dans les supputations: Microsoft n’a rien voulu dire à ce sujet. Ce modèle sera proposé en 64 et en 128 GB.

On tient là un produit véritablement concurrent de la plupart des ultrabooks disponibles aujourd’hui… et de ceux qui le seront au cours des mois prochains et qui, eux aussi, exploiteront Windows 8. La deuxième tablette sera en effet dotée d’un port USB 3.0, d’un autre microSDXC, d’un troisième destiné à l’affichage,… Du « lourd » permettant de faire tourner Photoshop comme n’importe quel jeu (si, si: on joue aussi, dans les entreprises!).

L’annonce de lundi soir doit avoir fait grimacer chez tous ceux qui, à ce stade, avaient fidèlement suivi Microsoft dans ses divers projets: Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Medion, Samsung, Sony,… Cette « trahison » les condamne désormais à faire le jeu de l’ennemi (Windows, Android,…), à attendre la mise au point du système d’exploitation de Mozilla, à développer leur propre projet… ou à arrêter leurs activités dans ce domaine.

Ce n’est pas – plus – le souci de Steve Ballmer: il a jugé qu’il était temps de freiner la progression d’Apple. Il est vrai que le succès de l’iPad, notamment en entreprises, commence à affaiblir la position de Microsoft, en plus de nuire à son image… et à sa capitalisation boursière.

Impossible, à ce stade, de dire si Surface sera la solution recherchée. Il reste trop de flous et de questions, sans même parler d’une prise en main de l’objet. A défaut d’une grande originalité, la tablette de Microsoft aura quelques atouts:
– le châssis en aluminium
– le support dépliable au départ de la face arrière et permettant de maintenir la tablette « debout » selon un angle de 22 degrés
– les couvercles inspirés de la SmartCover d’Apple, mais intégrant un clavier; la Touch Cover, particulièrement, séduit.

Reste à attendre la commercialisation. Aux Etats-Unis, le premier modèle de Surface devrait arriver après les vacances, au moment où Windows 8 sera lancé: Surface pour Windows RT devrait précéder de deux à trois mois Surface pour Windows 8 Pro. Restera, d’ici là, à juger le prix, à connaître la date de commercialisation chez nous, à découvrir la réaction des grands noms du marché informatique… et à envisager la réaction d’Apple.

 

Apple, n°1 mondial de l’informatique, si…

Selon Canalys, Apple va dépasser HP pour devenir le numéro un mondial de l’informatique en 2012.
Précisons que, pour atteindre ce résultat, le bureau d’études additionne les ventes prévues de Mac et d’iPad, qu’il considère comme un ordinateur portable.

S’il faut en croire les prévisions de Canalys, le marché mondial de l’ordinateur (tablettes comprises) totalisera 415 millions d’unités pour 2011: une progression de 15% par rapport à 2010… largement permise par les tablettes qui, à elles seules, devraient représenter 59 millions d’unités.

La sortie de l’iPad 3, quelque part en 2012, devrait permettre à Apple de distancer HP.

Ventes de tablettes: hier, aujourd’hui et demain

Apple devrait continuer à dominer le marché des tablettes tout au long de l’année prochaine même si le nombre de concurrents aura pour effet de réduire sa part de marché.
Voilà, en substance, ce que l’on peut conclure des derniers chiffres communiqués par Canaccord Genuity.

Au total, le bureau d’études prévoit pour cette année des ventes mondiales de tablettes (toutes marques confondues) un peu supérieures à 60 millions d’unités (pour 18,1 millions en 2010).

La progression devrait se prolonger en 2012 avec des ventes atteignant les 102 millions d’unités.

Apple resterait largement en tête l’année prochaine avec 58,8 millions d’iPad devant Samsung (10 millions de tablettes) et Amazon (5 millions).

Dans ce marché en croissance, la part d’Apple passerait de 82% en 2010 à 57% en 2012, la plupart des autres concurrents (Samsung excepté) grappillant de 1 à 5%.

On notera l’apparition de Nokia avec 3% du marché en 2012 alors que, à ce stade, l’entreprise finlandaise , n’a pas encore annoncé d’appareil. La porte a cependant été entrouverte par le PDG de Nokia au terme du récent Nokia World qui s’est tenu à Londres. Reste que si l’information se confirme, elle devrait intervenir lors du lancement de Windows 8… qui n’est pas attendu à ce stade avant le dernier trimestre de l’année prochaine.

On retiendra aussi que de grands noms comme Toshiba et plus encore Sony ne sont – au mieux – repris que dans « Others » (« Autres), ce qui, ici, signifie une part de marché inférieure à 1%.

Amazon va-t-il franchir le Rubicon?

Selon toutes vraisemblances, la conférence de presse planifiée par Amazon pour ce mercredi aura pour objet l’annonce de l’entrée du cyber-libraire sur le marché des tablettes.

En choisissant le milieu de cette semaine pour son annonce, Amazon s’assure une audience… qui risque d’être cannibalisée par Apple la semaine prochaine si la date du 4 octobre est confirmée pour la présentation du ou des successeur(s) de l’iPhone 4.

Que peut-on attendre d’Amazon? Selon nos informations, il s’agirait d’une tablette de petit format (7 pouces) qui tournerait sous Android. Elle tirerait son originalité de son aptitude à se connecter aux divers services et magasins en ligne d’Amazon: applications, musique, programmes TV, musique et livres électroniques.

Il se murmure que l’appareil ne serait pas ‘multitouch’, une concession, parmi d’autres, afin d’arriver à un prix de vente inférieur à ce que l’on connaît par ailleurs. Une théorie verrait Amazon vendre sa tablette quasiment à prix coûtant, ses espoirs de bénéfice reposant sur d’ultérieures ventes de contenus numériques. N’espérons cependant pas un prix similaire à celui finalement choisi par HP pour écouler ses stocks de TouchPad. Ici, on évoque un prix de 250 dollars pour un appareil dont les performances seraient sensiblement inférieures à celles de l’iPad, et se rapprocheraient du Nook de Barnes & Noble. Il est par ailleurs fort possible que cette tablette – encore hypothétique – ne soit initialement lancée que sur le marché nord-américain.

A suivre. Encore trois fois dormir.

RIM va-t-il lâcher le PlayBook?

Des rumeurs persistantes évoquent une baisse sensible du prix de la tablette PlayBook de RIM, dont les ventes ont été loin de rencontrer les espoirs de l’entreprise canadienne. Au cours du deuxième trimestre de son année fiscale, Research In Motion n’aurait écoulé que 200.000 PlayBook, loin des 490.000 voire 700.000 escomptés. Et loin des 500.000 unités écoulées lors des trois mois précédents. Peut-être rapides sur la balle, certains en concluent qu’un scénario à la TouchPad est désormais tout à fait envisageable: un abandon pur et simple de ce concept – boiteux à plus d’un titre: nom peu professionnel et surtout nécessité de posséder un BlackBerry pour surfer via 3G  – au terme d’une opération de liquidation.
On n’en est pas là. Mais les réductions de prix successives opérées sur le marché nord-américain sont négatives tant pour ceux qui ont déjà fait l’achat (sentiment logique: « On s’est fait avoir! ») que pour ceux qui l’envisagent (« Pourquoi diminuent-ils déjà le prix? Un nouveau modèle est sur les starting-blocks? Il vaut peut-être mieux attendre… »).

Reste la dure réalité des chiffres. Pendant que Research In Motion vendait une tablette PlayBook, Apple aurait vendu… 46 iPad. Pire pour l’entreprise canadienne: depuis le début de l’année, les ventes de ses smartphones subissent une forte diminution. Chez RIM, certains seraient tentés de laisser tomber le marché des tablettes pour se concentrer sur l’activité première de RIM: le BlackBerry. A suivre.

Rue bouchée, clients bloqués!

Comme on le redoutait, cela s’est plutôt mal passé, ce matin, sur le coup de 7 heures, pour ceux qui ont tenté d’obtenir un HP TouchPad à 99 ou 129€ sur le site RueDuCommerce.fr.

L’entreprise française a été débordée par le succès de son offre. Il est vrai qu’elle lui avait assuré une publicité dont elle n’avait pas vraiment besoin.

Bref, peu après 7h, on se demandait si toute cette opération n’était pas un gigantesque canular. Il a fallu attendre de longues minutes pour enfin voir « la » page s’afficher à l’écran. Mais ce n’était que le début d’un scénario énervant pour à peu près tous et frustrant pour la grande majorité.

De plantages en blocages, le site de RueDuCommerce a pavé la route menant à la caisse d’obstacles bien désagréables. Ils sont nombreux à avoir pensé y être arrivés en accédant à la page leur demandant d’indiquer l’adresse de livraison puis le moyen de paiement. Mais même avec l’objet dans son panier, rien n’était acquis. Et l’opération d’achat qui, en théorie, n’aurait dû prendre qu’une minute s’est transformée en un chemin de croix qui a abouti pour beaucoup à la situation illustrée ici: une vente impossible à conclure.

Le TouchPad a beau être dans le panier – plus virtuel que ça tu meurs -, une mention s’affiche pour demander qu’on l’en retire, le stock d’appareils disponibles étant épuisé!

RueDuCommerce a tenté de se justifier en évoquant 70.000 ou même 80.000 connexions. Cela nous semble beaucoup et, si c’est le cas, cela démontre que les responsables n’ont pas été en mesure d’évaluer l’impact de leur communication préalable et, malgré le délai, de mettre en place les ressources nécessaires pour assurer la puissance informatique requise.

Sur la page Facebook du magasin en ligne, les commentaires de déçus, voire de râleurs, s’étalent par centaines.

Soit! A moins d’un retournement de situation – HP a annoncé un reliquat de production, mais il sera réservé aux clients américains -, la carrière commerciale du TouchPad s’arrête ici.

Précisons que, malgré nos demandes répétées, HP Belgique n’a jamais daigné communiquer la moindre information quant à l’éventuelle possibilité pour les consommateurs belges de profiter eux aussi de ces prix de déstockage.

 

Amateur de TouchPad, c’est votre chance!

On a dit du HP TouchPad que c’était le meilleur concurrent potentiel de l’iPad, grâce à son système d’exploitation, WebOS. Pas de chance pour lui, HP a décidé d’arrêter la production quelques semaines seulement après l’avoir démarrée. Et pour bien montrer qu’il n’en avait plus rien à f…, le géant américain a lancé une campagne de déstockage en bradant sa tablette. Parfois jusqu’à 99 euros. Certains se sont précipités. Et apparemment, ils s’en disent satisfaits.

Bien sûr, cet appareil risque rapidement de ne plus bénéficier de suivi et donc d’être dépassé. Mais à ce prix-là… Et puis on parle de la possibilité, un jour, d’installer Android sur cette machine, ce qui lui permettrait d’évoluer et de profiter des applications développées pour cet OS. A voir.

Dans tous les cas, on tient à vous indiquer que, si vous voulez courir votre chance, le site français www.rueducommerce.fr mettra en vente demain, mercredi 7 septembre, sur le coup de 7h du matin un dernier stock de 1000 TouchPad de HP. Certains à 99€, d’autres à 129€ (question de configuration). Une seule commande par foyer.

Nous serions très surpris s’il en restait encore sur le coup de 7h30. A bon entendeur…

 

HP prévoit de battre Apple

« Dans le monde du PC, avec moins de moyens de distinguer les produits HP de ceux de ses concurrents, nous sommes devenus numéro un. Dans le monde des tablettes, nous allons devenir plus que le numéro un ». C’est Eric Cador, vice-président EMEA de HP qui l’a affirmé lors d’une conférence de presse organisée à Cannes (source: The Telegraph) et en prélude au lancement européen de la gamme TouchPad, prévu pour cet été.

Ambitieux, les gens de HP!

Pour rappel, le TouchPad fait preuve d’originalité puisqu’il n’exploite pas Android ni Windows, mais WebOS, une « exclusivité » de HP née du rachat de Palm. Ce système d’exploitation est-il l’arme « fatale » du géant américain?

On ne dispose pas encore à ce stade d’une date de commercialisation dans notre pays, ni d’une indication du prix.

 

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.