Category: Honeycomb

Toshiba, troisième tour…

En avril dernier, Toshiba dévoilait l’AT300, une tablette de 10,1 pouces tournant sous Android 3.0. Aujourd’hui, le géant japonais annonce pour la fin de l’année le lancement en Europe de l’AT200. Même taille, mais avec une épaisseur réduite: 7,7 mm.

Présentée par son fabricant comme « très intelligente et puissante », l’AT200 disposera de ports de connexion micro-USB, micro-SD et micro-HDMI afin de permettre l’exploitation de contenus haute définition sur l’écran d’un téléviseur.

Les caractéristiques complètes sont ci-dessous. En réalité, il ne manque qu’une information: le prix. Mais comme le lancement de l’AT200 en Europe est annoncé pour le « 4ème trimestre » (il commence le 1er octobre… et court jusqu’au 31 décembre), Toshiba n’entend pas se figer aujourd’hui sur un prix qu’il serait peut-être obligé de revoir demain sur base du lancement d’un produit concurrent. On attendra cette information… et une prise en main pour juger de l’intérêt de cette tablette qui offre l’avantage de la compatibilité Flash.

 

·      Android™ 3.2, Honeycomb

·      Ecran à cristaux liquides (ACL) capacitif haute résolution de 25,7 cm (10,1 po) avec DEL de rétro-éclairage, 1 280 x 800 pixels (16:10) et prise en charge multi-tactile

·      Processeur :
TI OMAP 4430, 1,2 GHz

·      Mémoire vive DDR2 de 1 Go

·      Mémoire interne maximale de 64 Go

·      Micro-USB, micro-SD, micro-HDMI®, Bluetooth®,Wi-FiTM (802.11b/g/n), port d’accueil

·      GPS, accéléromètre 3D, gyromètre, boussole électronique, capteur de lumière ambiante

·      Caméra 5 MPixels (arrière), caméra 2 MPixels (avant) avec application de reconnaissance faciale

·      Haut-parleurs stéréo
(2 x 1,5 W)

·      Utilitaire Toshiba Media Player prenant en charge une vaste sélection de formats vidéo, photo et audio

·      Poids : 558 g

·      Taille : 256 mm x 176 mm x 7,7 mm

·      Autonomie de la batterie (rétro-éclairage 60 nits) : 8 h (100 % de lecture vidéo), 8 h (65 % de navigation Web sur réseau sans fil, 10 % de lecture vidéo et 25 % de veille)

Sony s’y met

Annoncées depuis des mois, dévoilées depuis le printemps (voir http://www.ipadcentral.be/?p=2001) mais sans détails précis permettant d’en jauger l’intérêt ou l’aspect concurrentiel, les deux premières tablettes de Sony ont été officialisées ce mercredi au salon IFA de Berlin, les Sony Tablet S et P. Chacune est dotée d’un design original. Les versions Wi-Fi tournent sous Android 3.1 (avec possibilité de mise à jour vers Android 3.2), tandis que les modèles 3G + Wi-Fi exploiteront directement Android 3.2.

La première à arriver sur le marché sera la Sony Tablet S dont le design, asymétrique, est caractérisé par un côté plus épais que l’autre. Un peu comme un magazine dont on aurait replié plusieurs pages. Au premier abord, c’est assez surprenant, mais, à l’usage, plutôt confortable au niveau manipulation. L’écran affiche 23,8 cm de diagonale, pour une résolution de 1280 x 800. Le poids de l’appareil, lui, se situe juste sous la barre des 600 grammes. La version Wi-Fi de la Tablet S1 sera commercialisée à partir de la fin septembre, à un prix démarrant à 479€ (version 16 GB). Pour la version 3G + Wi-Fi, il faudra attendre novembre… et débourser plus. Combien? Sony ne le dit pas encore. Soyons clair, c’est une déception. Ce prix « de démarrage » fixé à 479 € est très exactement celui du modèle de base de l’iPad 2. Trop cher! Quand on est un challenger, on doit offrir sensiblement plus ou être moins cher. Et le mieux, c’est de réunir les deux conditions.

Contrairement à beaucoup d’autres produits qui prétendent surfer sur la même vague que l’iPad, la dernière création de Sony a des arguments. Elle peut par exemple jouer les télécommandes universelles pour l’équipement audio-vidéo domestique, quel que soit son fabricant. Chouette! Elle est aussi puissante et possède, via le Sony Entertainment Network – dont on a appris qu’il serait disponible en Belgique avant la fin de l’année – un potentiel des plus respectable. Elle joue aussi à Apple avec une approche plutôt fun qui, d’un tracé sur l’écran de la tablette, permet de « lancer » des photos ou des enregistrements audio vers un téléviseur compatible DLNA pour en profiter en famille. Et elle est « PlayStation Certified », ce qui veut dire qu’elle peut jouer des jeux… initialement pensés pour la PSOne. Pas mal. Mais n’aurait-on pu aller un peu plus loin? Le succès rencontré depuis quelques jours par le TouchPad de HP… bradé à 99€ montre que l’aspect prix est essentiel pour lutter contre le numéro 1 du marché. Et puis, la PSOne, cela commence à dater, non?
Au cours de sa présentation, Sir Howard Stringer, PDG de Sony, a lâché quelque chose comme « Nous allons prouver que, ce qui importe, n’est pas d’être celui qui sort le premier produit, mais celui qui sort le meilleur« . C’est une jolie phrase en forme de sarcasme vis-à-vis de l’iPad d’Apple, mais, quel que soit son fond de vérité, elle ne reflète pas forcément la réalité. Et Sony devrait le savoir mieux que quiconque, lui qui, au cours de la bataille pour le standard de vidéocassette, a lancé le Betamax. Ce format était incontestablement supérieur au VHS de JVC et au V2000 de Philips. Mais il a échoué.

La Sony Tablet P  (à droite) – précédemment appelée S2 – présente la caractéristique de s’ouvrir comme un livre et d’avoir un écran sur chaque « page ». On pourra utiliser l’un comme clavier virtuel ou exploiter les deux en continu, par exemple pour une séance de surf sur le Web. Plus légère (±372 gr.), uniquement disponible en version 3G + Wi-Fi et dotée d’une mémoire limitée à 4 GB, la Sony Tablet P est attendue courant novembre au prix de 599 €. C’est un concept qui devrait particulièrement séduire les amateurs de livres électroniques. On notera à ce sujet que Sony entend étendre le nombre de pays où son « Reader Store » est présent. Pour la France, ce sera à partir du printemps 2012. Pour la Belgique? Pas de commentaire.

Avec 200 euros de moins chacune, les deux tablettes de Sony seraient des succès assurés. Ici, reconnaissons-le, nous sommes réservés. Les produits sont intéressants, mais dans l’attente de l’arrivée du Sony Entertainment Network (anciennement Qriocity) – et de ses composantes Video Unlimited et Music Unlimited – en Belgique, on n’est pas certain qu’ils déclenchent l’enthousiasme.

Sony a pourtant une carte à jouer. A ce stade – mais on sait à quel point les choses peuvent parfois aller vite -, et en Belgique, l’iTunes Store ne permet pas encore la distribution de films. Si, profitant de l’étendue de ses activités, Sony parvient à être le premier à arriver sur ce créneau… avec un prix raisonnable, il aura des arguments à faire valoir. Autrement, il lui restera à revoir sa copie. Et son prix.

 

 

 

 

Les tablettes sous Android ne se vendent pas parce que…

Le patron de Nvidia n’est pas heureux. Les tablettes tournant sous Android 3.0 – que son entreprise  équipe en cartes nVidia Tegra 2 – se vendent peu. Pas bon pour le business, ça, coco!

Motorola affirme avoir vendu 250.000 exemplaires de la Xoom en avril. Pas grand-chose en comparaison du million d’iPad 2 vendu par Apple au cours de son seul premier week-end de vente! Pire: les produits d’Acer, de Samsung et d’Asus trouveraient encore moins d’intérêt auprès des consommateurs.

Pourquoi? Jen-Hsun Huang a donné sa version des faits à CNet: « C’est un problème de points de vente. C’est un problème de compétences dans les points de vente. C’est un problème de marketing vis-à-vis des consommateurs. C’est un problème de prix. Et c’est un problème de richesse au niveau des applications« .

Cela fait beaucoup de problèmes, tout ça!

Et le bonhomme n’a pas tout à fait tort. Il est étrange, par exemple, que la Xoom ne soit proposée qu’en version 3G. La disponibilité d’une version limitée à du Wi-Fi aurait permis d’afficher un prix d’entrée plus à même de séduire certains consommateurs (même si l’on sait que, en Europe, ce n’est pas l’iPad le moins cher qui se vend le mieux). On pourrait aussi soulever la question des applications: à ce stade, en combinant les applications Android 2 optimisées et Android 3, on arriverait à environ 150 titres. En face, l’iPad en propose 65.000.

Comme il connaît les règles du marché, Jen-Hsun Huang se dit néanmoins optimiste. Selon lui, les fabricants ont appris de leurs erreurs et le tir devrait être progressivement corrigé.

Sony: paire et passe!

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point ». C’est ce qu’on a dû se dire chez Sony en prenant la décision de se lancer sur le marché des tablettes… si longtemps après les autres. Car si la confirmation officielle du fabricant japonais est tombée aujourd’hui, les appareils annoncés ne seront sur le marché qu’à l’automne. Les appareils? Sony ne lancera pas une, mais deux tablettes: « la S1, optimisée pour un riche divertissement multimédia, et la S2, idéale pour la communication et le divertissement nomade ».

Des mois après d’autres grands noms comme Samsung, Acer, Motorola ou HP, Sony entend donc lui aussi venir chatouiller Apple en tentant de grappiller quelques-uns des 80% de parts de marché aujourd’hui détenus par l’iPad. Avec quels atouts? Les deux tablettes exploiteront Android 3.0 (Honeycomb). La S1 épouse une présentation assez traditionnelle autour d’un écran tactile de 9,4 pouces, mais se distingue par un centre de gravité décentré censé offrir stabilité et bonne prise main. La S2, elle, dispose de deux écrans de 5,5 pouces et peut être repliée pour le transport. Selon l’application ou l’utilisateur, on combinera les deux affichages ou on les utilisera comme un seul grand écran. A l’image de ce que l’on a déjà découvert chez Toshiba ou Acer, notamment, il sera aussi possible d’utiliser un écran virtuel sur un écran et de regarder un contenu quelconque sur l’autre.

Sony va évidemment chercher à profiter de sa puissance pour séduire les consommateurs: chaque modèle de Sony Tablet permettra par exemple de commander les téléviseurs Bravia de la marque japonaise. Il est probable que, d’ici la disponibilité des deux tablettes, Sony cherche à se différencier davantage de ses concurrents et à tirer parti de l’étendue de sa gamme.

Mais au bout du compte, c’est peut-être un autre point qui soldera les comptes: le prix. Et là, Sony se refuse à dévoiler son jeu.

Toshiba, deuxième tour…

Voici quelques jours à peine, les responsables de Toshiba nous l’avaient assuré: l’annonce de leur nouvelle tablette était imminente. C’est fait!

Baptisée Regza Tablet AT300, la chose tourne sous Android 3.0 (Honeycomb) et propose un écran de 10,1 pouces avec une résolution de 1280 x 800 et un format de 16:10.
Deux caméras (5 millions de pixels à l’arrière, deux millions à l’avant), un port HDMI, 16 GB d’espace de stockage, 1 GB de mémoire RAM, Wi-Fi et Bluetooth complètent un joujou qui devrait offrir 7 heures d’autonomie. Sur la balance, ces caractéristiques se traduisent par 765 grammes. La commercialisation au Japon est attendue pour juin. On évoque un prix d’environ 700 dollars.

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.