Category: Medion

Chez Microsoft, la tablette refait Surface

Voici près de douze ans déjà, Bill Gates avait dévoilé le concept de « tablet computer ». Il s’agissait, en gros, d’un PC portable dont l’écran, tactile, pouvait pivoter sur son axe avant d’être replié sur le clavier portable, offrant ainsi la possibilité de l’utiliser comme bloc-notes électronique. Destiné à l’époque comme un produit d’entreprise, l’objet fonctionnait sous Windows et était fabriqué et commercialisé par les partenaires traditionnels de Microsoft. Le succès ne fût pas au rendez-vous.

Plus récemment – 2008 -, on découvrit un concept baptisé Courier: une tablette dotée de deux écrans de 7 pouces et présentée un peu comme un livret. Malgré (ou à cause…) son originalité, la piste fût abandonnée en 2010, Microsoft précisant alors qu’il n’avait jamais été question d’en faire un produit à commercialiser.

Entretemps, fort d’une maîtrise conjuguée du matériel et du système d’exploitation, Apple a fait de l’iPad le succès que l’on sait. Et les efforts des grands acteurs traditionnels du marché informatique n’ont rien pu faire pour le freiner. Contrairement au marché des smartphones où, aujourd’hui, Android a dépassé iOS en nombre d’appareils vendus, le secteur des tablettes reste archi dominé par l’iPad.

Microsoft a-t-il jugé que les Acer, HP et autres Samsung étaient incapables de développer un concept suffisamment porteur pour concurrencer Apple sur un marché qui, selon IDS, pourrait représenter plus de 222 millions d’appareils d’ici 2016? Steve Ballmer a en tout cas franchi le Rubicon hier soir en présentant la première tablette de Microsoft… même si le logo de cette dernière n’apparaît pas: c’est celui de Windows qui est mis en évidence. Logique: la tablette Surface n’existe que par la grâce de Windows 8, la nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft que l’on devrait découvrir au cours des derniers mois de l’année. Reprenant l’interface Metro popularisée initialement par le baladeur audionumérique Zune puis par la dernière génération de Windows Phone, Windows 8 a été conçu dès le départ pour les écrans tactiles et donc notamment pour les tablettes.

Reste que Microsoft est… Microsoft et que l’entreprise n’a jamais privilégié la simplicité de son offre commerciale. On le voit à chaque production de la suite bureautique Office, déclinée en plusieurs versions. C’est également le cas pour le système d’exploitation. La tablette Surface sera proposée en deux versions très proches à première vue – ne serait-ce qu’en raison de la taille d’écran: 10,6 pouces -, mais très différentes en réalité. Microsoft a laissé planer le flou sur plusieurs points.

Surface pour Windows RT visera le grand public. Poussée par un processeur ARM, d’un poids de 676 grammes pour une épaisseur de 9,3 mm, cette tablette sera proposée en 32 et en 64 GB. On ignore encore si elle sera commercialisée en mode Wi-Fi uniquement ou aussi en mode Wi-Fi + 3G. Elle bénéficiera d’une connectique qui intégrera notamment un port microSD et un port USB 2.0. Son prix devrait « correspondre à l’offre actuelle du marché ». Ce qui veut tout dire… et rien à la fois. Ce qui semble sûr, c’est que Surface pour Windows RT ne pourra exploiter que les programmes compatibles Metro, commercialisés via le Windows Store.

Bien plus ambitieuse, la tablette Surface pour Windows 8 Pro sera destinée au marché des entreprises. Son atout est aussi sa faiblesse: elle bénéficiera du processeur Intel Core i5 (Ivy Bridge), garant d’une incontestable puissance (il devrait permettre de faire tourner de « vrais » programmes)… mais aussi d’un format plus volumineux (épaisseur de 13,5 mm, poids de 903 grammes) et d’une consommation plus importante, ce qui se traduira par une autonomie moins longue. On est là dans les supputations: Microsoft n’a rien voulu dire à ce sujet. Ce modèle sera proposé en 64 et en 128 GB.

On tient là un produit véritablement concurrent de la plupart des ultrabooks disponibles aujourd’hui… et de ceux qui le seront au cours des mois prochains et qui, eux aussi, exploiteront Windows 8. La deuxième tablette sera en effet dotée d’un port USB 3.0, d’un autre microSDXC, d’un troisième destiné à l’affichage,… Du « lourd » permettant de faire tourner Photoshop comme n’importe quel jeu (si, si: on joue aussi, dans les entreprises!).

L’annonce de lundi soir doit avoir fait grimacer chez tous ceux qui, à ce stade, avaient fidèlement suivi Microsoft dans ses divers projets: Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Medion, Samsung, Sony,… Cette « trahison » les condamne désormais à faire le jeu de l’ennemi (Windows, Android,…), à attendre la mise au point du système d’exploitation de Mozilla, à développer leur propre projet… ou à arrêter leurs activités dans ce domaine.

Ce n’est pas – plus – le souci de Steve Ballmer: il a jugé qu’il était temps de freiner la progression d’Apple. Il est vrai que le succès de l’iPad, notamment en entreprises, commence à affaiblir la position de Microsoft, en plus de nuire à son image… et à sa capitalisation boursière.

Impossible, à ce stade, de dire si Surface sera la solution recherchée. Il reste trop de flous et de questions, sans même parler d’une prise en main de l’objet. A défaut d’une grande originalité, la tablette de Microsoft aura quelques atouts:
– le châssis en aluminium
– le support dépliable au départ de la face arrière et permettant de maintenir la tablette « debout » selon un angle de 22 degrés
– les couvercles inspirés de la SmartCover d’Apple, mais intégrant un clavier; la Touch Cover, particulièrement, séduit.

Reste à attendre la commercialisation. Aux Etats-Unis, le premier modèle de Surface devrait arriver après les vacances, au moment où Windows 8 sera lancé: Surface pour Windows RT devrait précéder de deux à trois mois Surface pour Windows 8 Pro. Restera, d’ici là, à juger le prix, à connaître la date de commercialisation chez nous, à découvrir la réaction des grands noms du marché informatique… et à envisager la réaction d’Apple.

 

La tablette selon Aldi

Aldi a l’habitude de « coups »: à côté de ses produits traditionnels, la chaîne allemande propose régulièrement des objets et des appareils, parfois intéressants, durant une période limitée.

Le problème, c’est que les quantités aussi, sont souvent (très) limitées.

Autant s’en rappeler si vous êtes intéressé par un exemplaire du Lifetab de Medion: cette tablette sera proposée à partir de samedi matin (10 décembre 2011).
Et on ne serait pas surpris si, samedi midi, la plupart des (trop rares) exemplaires qui seront mis en vente, ont trouvé acquéreur.

Comme d’habitude aussi avec Aldi, il est impossible de tester l’appareil et donc de formuler le moindre avis pertinent (positif ou négatif) le concernant.

On se contentera donc d’indiquer que le Lifetab est doté d’un écran de 10 pouces offrant une résolution de 1280 x 800 pixels, que l’engin tourne avec un processeur Nvidia Tegra 2 Dual-Core cadencé à 1 GHz, que sa mémoire de 32 GB peut être augmentée par l’insertion d’une carte SD (jusqu’à 32 GB), que l’appareil pèse 720 grammes et est équipé de deux caméras, qu’il tourne sous Android 3.2 et qu’il est Wi-Fi et 3G.

C’est tout? Presque: il reste son prix, fixé à 399 euros.

S’il restait un peu de place sous le sapin… et de sous dans la tirelire, c’est peut-être l’occasion. On a dit « peut-être ».

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.