Pied de nez à Apple et Microsoft

« Tout ça, c’est la faute d’Apple et de Microsoft qui font rien qu’à intenter des procès contre des fabricants de téléphones tournant sous Android pour des questions de brevets« . Voilà, en gros, comment Larry Page, PDG de Google, justifie la décision de son entreprise d’acquérir l’activité téléphonie mobile de Motorola.

En perte de vitesse (c’est un euphémisme) depuis des années, Motorola avait décide de scinder ses activités voici quelques mois (Motorola Mobility d’une part, Motorola Solutions, d’autre part), ce qui rendait possible la vente « par appartements ». Le fabricant américain, qui fut un temps le numéro un mondial du téléphone mobile, s’était converti à Android voici trois ans, avec un certain succès, du moins outre-Atlantique.

Pour s’offrir Motorola Mobility, Google va débourser 12,5 milliards de dollars. L’opération, qui était probablement préparée depuis pas mal de temps, s’est faite sans fuite, le patron de Motorola jetant un écran de fumée supplémentaire ces derniers jours en annonçant que son entreprise pourrait s’ouvrir au système Windows Phone de Microsoft.

On sait que Motorola a été l’un des premiers à lancer une tablette Android officielle, la Xoom. Le rachat pourrait jeter le trouble dans l’esprit des fabricants ayant choisi de suivre la voie Android pour leurs propres produits: HTC, Sony Ericsson, Samsung, Sony, LG,… Derrière le message officiel de Google, qui évoque la volonté de protéger Android contre les attaques d’Apple et Microsoft par l’acquisition de brevets (Motorola en compterait des milliers), on voit d’abord la stratégie de Larry Page visant à positionner Google pour mieux affronter Apple et Microsoft. Mais les autres fabricants ne sont-ils pas en droit de redouter d’être désormais défavorisés par rapport à Motorola? On se souvient que la prise de contrôle de Symbian par Nokia avait été fort mal perçue par ceux qui soutenaient le même système d’exploitation.

Le problème, pour  HTC, Sony Ericsson, Samsung, Sony, LG et les autres, c’est qu’il n’y a pas tellement d’alternatives. Le marché est en train de se resserer autour de ceux qui contrôlent à la fois l’OS et les appareils:
– Apple avec iOS, l’iPhone et l’iPad
– Microsoft avec Windows Phone et Nokia
– HP avec webOS, Palm et HP
– RIM avec BlackBerry OS, QNX et les produits BlackBerry (dont la tablette PlayBook)
– Google avec Android et Motorola

Qu’ils le veuillent ou non, les autres fabricants tombent dans une division secondaire: ils sont dépendants.Ce n’est peut-être pas dramatique pour un LG ou un Samsung (qui, avec Bada a déjà lancé l’ébauche d’une réaction) qui, de toutes façons, suivent plusieurs OS et jouent d’abord sur les volumes vendus, mais pour un HTC, un SonyEricsson ou un Sony, les choses pourraient être bien plus délicates sur le long terme.

La reprise de Motorola par Google doit encore être approuvée tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Ce processus devrait prendre plusieurs mois et pourrait être clôturé fin 2011 ou début 2012.

This entry was posted in Actualité, Android, Apple, Eco, iOS, iPad, iPad 2, iPhone, LG, Microsoft, Nokia, Samsung, Smartphone, Sony, Tablettes, Windows. Bookmark: permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.