17 millions d’iPad: +84%

Apple a dévoilé hier soir ses résultats trimestriels.

Entre le 1er avril et le 30 juin, l’entreprise américaine a écoulé 17,042 millions d’iPad. Cela représente une progression de 44,4% par rapport aux trois premiers mois de l’année et de 84,32 % d’une année sur l’autre. En dépit d’un résultat qui fait saliver l’ensemble de la profession, certains analystes se disent déçus, ayant tablé sur un résultat trimestriel de 20 millions d’unités.

L’iPad n’est pas le seul à connaître une croissance régulière. Au cours du 2ème trimestre, Apple a vendu 26 millions d’iPhone (+28%), 4 millions de Mac (+2%)   et 6,8 millions d’iPod, dont la baisse des ventes se prolonge (-10%).

On notera aussi que l’Apple TV semble prendre sa vitesse de croisière: même si elle ne figure toujours pas parmi les « winners » de Cupertino, elle s’est écoulée d’avril à juin à 1,3 million d’exemplaires.

L’ensemble a généré un chiffre d’affaires de 35 milliards de dollars et un bénéfice de 8,8 milliards. Ce qui a permis à Tim Cook d’annoncer un dividende de 2,65 dollars par action.

10 ans de régime minceur pour l’iPad

Dans le cadre des actions judiciaires qui opposent Apple à Samsung, l’entreprise californienne a dévoilé les clichés de premiers prototypes de l’iPad datant de 2002-2004.

On le sait depuis la biographie officielle de Steve Jobs, Apple a d’abord commencé à travailler sur un concept de tablette, puis l’a repensé dans un format plus petit pour en faire l’iPhone, avant de revenir à l’idée initiale.
Comme on le voit sur ce cliché plaçant un prototype côte à côte avec un iPad 2, le modèle d’il y a dix ans était sensiblement plus grand et bien plus épais que la tablette que nous connaissons aujourd’hui.

Et au niveau de la coque, on semblait être alors dans un plastique apparentant plutôt l’appareil à un iBook.

D’autres photos sont à découvrir sur buzzfeed.com

 

Bref.

La série ‘Bref‘ de Kyan Khojandi disparaît des écrans de Canal+… pour réapparaître sur appareils mobiles: Android et iOS.

L’application est gratuite et permet de retrouver les 82 épisodes, d’accéder aux pubs, de mixer les phrases cultes de la série, etc. Génial! Ce qui l’est moins, c’est qu’elle n’est pas dépourvue de bugs.

Chez certains utilisateurs, seules certaines fonctions peuvent être sélectionnées et, chez d’autres, aucune ne peut l’être! Bref, c’est bref!

Un conseil dans ce cas: redémarrez le smartphone ou la tablette. Souvent, cela suffira à rétablir le bon ordre des choses.

Un jeu gratuit pour les vacances!

Si vous ne connaissez pas encore l’univers d’Angry Birds, ou si, au contraire, vous êtes déjà accros au principe absurde et hilarant de cette famille de jeux, ne ratez pas l’occasion:  Angry Birds Seasons HD, qui compte plus de 290 niveaux, est gratuit… aujourd’hui!

Acer Iconia: même pas peur de Surface!

Si les partenaires traditionnels de Microsoft préfèrent éviter d’évoquer l’annonce de Surface de façon officielle, cela ne les empêche pas de présenter leurs propres futures tablettes. Avec un point d’interrogation général: il concerne la date de lancement. La faute à Microsoft. Désireux de s’octroyer toute l’attention lors de l’annonce, l’entreprise de Redmond se refuse toujours à indiquer la date exacte de lancement de Windows 8. Et ce qui vaut pour le grand public vaut apparemment aussi pour les fabricants de PC et tablettes. A moins qu’ils n’en soient informés mais respectent un embargo sur l’info…

Toujours est-il que Acer commercialisera « après l’été » deux nouvelles tablettes: les Iconia W510 et W700. Dotée d’un écran de 10,1 pouces offrant une résolution de 1366 x 768 pixels, la première devrait proposée chez nous à partir de 600 euros.

Tournant également sous Windows 8, l’Iconia W700 (photo) disposera d’un écran de 11,6 pouces avec une résolution Full HD de 1920 x 1080 pour une épaisseur de 11,9 mm. Cette tablette sera fournie avec une base multi-usages permettant un positionnement  en mode paysage à 70° (lecture) ou 20° (usage tactile). Cette tablette sera équipée de trois ports USB 3.0 et de la technologie Dolby Home Theater. Le prix de départ dans nos régions devrait avoisiner les 900 euros. Pour comparaison, le Nouvel iPad 64 GB en version 3G + Wi-Fi est commercialisé aujourd’hui à 800 euros.

S’il est peu probable que Microsoft brade sa tablette Surface, on peut supposer que les autres fabricants se livreront quant à eux à une guerre des prix. Faut bien remplacer le marché des netbooks qui, chez nous, a accusé au cours des quatre premiers mois de l’année un recul de 42,4% en terme d’unités vendues!

Chez Microsoft, la tablette refait Surface

Voici près de douze ans déjà, Bill Gates avait dévoilé le concept de « tablet computer ». Il s’agissait, en gros, d’un PC portable dont l’écran, tactile, pouvait pivoter sur son axe avant d’être replié sur le clavier portable, offrant ainsi la possibilité de l’utiliser comme bloc-notes électronique. Destiné à l’époque comme un produit d’entreprise, l’objet fonctionnait sous Windows et était fabriqué et commercialisé par les partenaires traditionnels de Microsoft. Le succès ne fût pas au rendez-vous.

Plus récemment – 2008 -, on découvrit un concept baptisé Courier: une tablette dotée de deux écrans de 7 pouces et présentée un peu comme un livret. Malgré (ou à cause…) son originalité, la piste fût abandonnée en 2010, Microsoft précisant alors qu’il n’avait jamais été question d’en faire un produit à commercialiser.

Entretemps, fort d’une maîtrise conjuguée du matériel et du système d’exploitation, Apple a fait de l’iPad le succès que l’on sait. Et les efforts des grands acteurs traditionnels du marché informatique n’ont rien pu faire pour le freiner. Contrairement au marché des smartphones où, aujourd’hui, Android a dépassé iOS en nombre d’appareils vendus, le secteur des tablettes reste archi dominé par l’iPad.

Microsoft a-t-il jugé que les Acer, HP et autres Samsung étaient incapables de développer un concept suffisamment porteur pour concurrencer Apple sur un marché qui, selon IDS, pourrait représenter plus de 222 millions d’appareils d’ici 2016? Steve Ballmer a en tout cas franchi le Rubicon hier soir en présentant la première tablette de Microsoft… même si le logo de cette dernière n’apparaît pas: c’est celui de Windows qui est mis en évidence. Logique: la tablette Surface n’existe que par la grâce de Windows 8, la nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft que l’on devrait découvrir au cours des derniers mois de l’année. Reprenant l’interface Metro popularisée initialement par le baladeur audionumérique Zune puis par la dernière génération de Windows Phone, Windows 8 a été conçu dès le départ pour les écrans tactiles et donc notamment pour les tablettes.

Reste que Microsoft est… Microsoft et que l’entreprise n’a jamais privilégié la simplicité de son offre commerciale. On le voit à chaque production de la suite bureautique Office, déclinée en plusieurs versions. C’est également le cas pour le système d’exploitation. La tablette Surface sera proposée en deux versions très proches à première vue – ne serait-ce qu’en raison de la taille d’écran: 10,6 pouces -, mais très différentes en réalité. Microsoft a laissé planer le flou sur plusieurs points.

Surface pour Windows RT visera le grand public. Poussée par un processeur ARM, d’un poids de 676 grammes pour une épaisseur de 9,3 mm, cette tablette sera proposée en 32 et en 64 GB. On ignore encore si elle sera commercialisée en mode Wi-Fi uniquement ou aussi en mode Wi-Fi + 3G. Elle bénéficiera d’une connectique qui intégrera notamment un port microSD et un port USB 2.0. Son prix devrait « correspondre à l’offre actuelle du marché ». Ce qui veut tout dire… et rien à la fois. Ce qui semble sûr, c’est que Surface pour Windows RT ne pourra exploiter que les programmes compatibles Metro, commercialisés via le Windows Store.

Bien plus ambitieuse, la tablette Surface pour Windows 8 Pro sera destinée au marché des entreprises. Son atout est aussi sa faiblesse: elle bénéficiera du processeur Intel Core i5 (Ivy Bridge), garant d’une incontestable puissance (il devrait permettre de faire tourner de « vrais » programmes)… mais aussi d’un format plus volumineux (épaisseur de 13,5 mm, poids de 903 grammes) et d’une consommation plus importante, ce qui se traduira par une autonomie moins longue. On est là dans les supputations: Microsoft n’a rien voulu dire à ce sujet. Ce modèle sera proposé en 64 et en 128 GB.

On tient là un produit véritablement concurrent de la plupart des ultrabooks disponibles aujourd’hui… et de ceux qui le seront au cours des mois prochains et qui, eux aussi, exploiteront Windows 8. La deuxième tablette sera en effet dotée d’un port USB 3.0, d’un autre microSDXC, d’un troisième destiné à l’affichage,… Du « lourd » permettant de faire tourner Photoshop comme n’importe quel jeu (si, si: on joue aussi, dans les entreprises!).

L’annonce de lundi soir doit avoir fait grimacer chez tous ceux qui, à ce stade, avaient fidèlement suivi Microsoft dans ses divers projets: Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Medion, Samsung, Sony,… Cette « trahison » les condamne désormais à faire le jeu de l’ennemi (Windows, Android,…), à attendre la mise au point du système d’exploitation de Mozilla, à développer leur propre projet… ou à arrêter leurs activités dans ce domaine.

Ce n’est pas – plus – le souci de Steve Ballmer: il a jugé qu’il était temps de freiner la progression d’Apple. Il est vrai que le succès de l’iPad, notamment en entreprises, commence à affaiblir la position de Microsoft, en plus de nuire à son image… et à sa capitalisation boursière.

Impossible, à ce stade, de dire si Surface sera la solution recherchée. Il reste trop de flous et de questions, sans même parler d’une prise en main de l’objet. A défaut d’une grande originalité, la tablette de Microsoft aura quelques atouts:
– le châssis en aluminium
– le support dépliable au départ de la face arrière et permettant de maintenir la tablette « debout » selon un angle de 22 degrés
– les couvercles inspirés de la SmartCover d’Apple, mais intégrant un clavier; la Touch Cover, particulièrement, séduit.

Reste à attendre la commercialisation. Aux Etats-Unis, le premier modèle de Surface devrait arriver après les vacances, au moment où Windows 8 sera lancé: Surface pour Windows RT devrait précéder de deux à trois mois Surface pour Windows 8 Pro. Restera, d’ici là, à juger le prix, à connaître la date de commercialisation chez nous, à découvrir la réaction des grands noms du marché informatique… et à envisager la réaction d’Apple.

 

Une tablette 100% Microsoft annoncée lundi?

Le partenariat avec Nokia ne se concrétisant toujours pas par des résultats ni même par des espoirs de résultats au niveau des smartphones, Microsoft pourrait décider de changer son fusil d’épaule et de s’attaquer directement au marché des tablettes.

Une annonce qualifiée de « majeure » est prévue pour ce lundi 18 juin. De quoi s’agit-il? Officiellement, on l’ignore. Mais plusieurs rumeurs l’associent à une avancée de Microsoft sur cette voie. Si tel est le cas, cela romprait avec les précédents engagements de l’entreprise… et pourrait refroidir les ardeurs des fabricants approchés depuis des mois par Microsoft afin de produire des tablettes tournant sous Windows 8. Ils pourraient dès lors se tourner vers une autre piste plus « neutre », comme Android.

Même si on n’en est à ce stade qu’à des supputations, une telle annonce par Microsoft donnerait raison à Apple qui a toujours affirmé qu’il était nécessaire de contrôler tant le hardware que le software pour fournir une « user expérience » réellement réussie.

Il est vrai que, ces dernières années, Microsoft s’est vu pris de vitesse tant au niveaux des lecteurs MP3 (Zune), que des smartphones ou des tablettes… alors que Bill Gates avait été l’un des premiers à dévoiler un intéressant prototype de celles-ci, bien avant l’iPad.

Quelques jours après la présentation officielle des caractéristiques du prochain iOS 6, Microsoft juge peut-être qu’il est temps de se lancer à l’eau…

De suite en suite

Alors que l’annonce de la disponibilité de CloudOn en Belgique devrait intervenir tout prochainement et que les rumeurs concernant l’arrivée future d’une version de Microsoft Office pour iPad reprennent de la vigueur, on apprend que Google vient de se payer rien moins que la suite bureautique QuickOffice.

C’est par un avis publié en ligne que Google a officialisé la nouvelle. Outre un respectable nombre d’utilisateurs, cette acquisition offre à Google un puissant outil à intégrer à sa stratégie, autour de Google Docs et autres Google Drive. On peut s’attendre à le voir bénéficier de nouveaux développements afin de « couper l’herbe sous le pied » de la future version tablette de MS Office.

iPad, 65% du marché mondial

La dernière étude d’ABI Research (Media Tablet Market Share Tracker) intervient alors que l’arrivée d’une floppée de tablettes tournant sous Windows 8 est annoncée.
Un total de 18,2 millions de tablettes auraient été produites au cours des trois premiers mois de l’année, selon ABI Research. Ce chiffre représente une progression de 185% par rapport au premier trimestre 2011. Le bureau note que, à 11,8 millions d’unités, la part d’Apple s’est vue boostée par la sortie du Nouvel iPad et la baisse de prix de l’iPad 2. Avec 1,1 million de tablettes, Samsung prend la deuxième place devant Amazon.

Apple détiendrait 65% du marché mondial.

Logitech laisse entrer le soleil

Annoncé pour juillet au prix conseillé de 80 euros, le nouveau Wireless Solar Keyboard K760 de Logitech peut être couplé (via Bluetooth) aussi bien à un iPad qu’à un iPhone ou même à un Mac.

Ce clavier sans fil dispose en effet des touches spécifiques à l’univers Mac : Commande, Luminosité, Ejecter, etc. Les touches sont annoncées comme « incurvées », pour une « saisie agréable et silencieuse, bien plus rapide et précise qu’avec le clavier virtuel affiché à l’écran » (sous-entendu: de l’iPad ou de l’iPhone).

Outre le fait qu’il puisse s’associer à plusieurs équipements (son appairage avec l’un ou l’autre s’effectue via une simple pression sur un bouton), ce nouveau clavier de Logitech joue la carte du développement durable. Il est conçu sans PVC, présenté dans un emballage entièrement recyclable et alimenté par énergie solaire. Tout éclairage, à faible luminosité ou émis par une lampe, en intérieur ou en extérieur, suffirait à le charger. Logitech précise que, « en charge complète, ce clavier bénéficie d’une autonomie d’au moins trois mois, même dans l’obscurité (pour une utilisation moyenne de huit heures par jour) ».

Page 4 of 55« First...«23456»102030...Last »

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.