Blog Archives

Le livre nouveau est arrivé

Grâce à la fluidité du tourné de pages d’iBooks, notamment, l’iPad se positionne aussi comme une séduisante plateforme de lecture de livres électroniques.

Et la puissance du processeur de l’iPad 2 ne fera qu’amplifier cette tendance. Surtout au niveau des ebooks « augmentés ».

Un très bel exemple est fourni par le premier Byook. Ici, c’est moins le roman lui-même que sa présentation qui compte. Pour son premier volume, l’éditeur français a en effet choisi un ouvrage tombé dans le domaine public, La Bande Mouchetée – Partie 1 de Sir Arthur Conan Doyle, une aventure de Sherlock Holmes. Dommage qu’il ne s’agisse pas d’une aventure complète. Mais la partie 2 est en développement et sera accessible gratuitement d’ici quelques semaines via mise à jour de l’application.

Les gens de Byook ont tout compris. Pas question, ici, de se contenter de tourner des pages pleines de texte. Selon les moments, la lecture est enrichie de dessins, d’animations, de sons, les pages s’ornent d’un décor de fond.
Avec une véritable mise en scène, page par page, l’immersion est magnifiée, le livre devient autre.
Ce n’est pas de la BD, ce n’est pas du cinéma, c’est… de l’ebook augmenté.
A ce stade, le premier Byook est exploitable sur iPad, mais est d’abord calibré pour l’iPhone. Cela vaut néanmoins la peine de le découvrir. Après un lancement, le 16 février, au prix de 1,59€ (un peu chérot pour un « vieux » livre, même si on est conscient du travail accompli), il est actuellement proposé à 0,79€. Une « vraie » version iPad est promise, mais on ne sait pas pour quand…

Entre iPad et eBook…

Et s’il y avait une troisième voie, entre les appareils exclusivement destinés à la lecture de livres numériques et les tablettes? Le NoteSlate suit cette piste et son approche est à la fois curieuse et originale.

Pas question, ici, d’un outil multifonctions, de surfer sur Internet, de prendre des photos ou de regarder des films: le NoteSlate est destiné à la prise de notes et au dessin. Comme sur les adroises d’antan.

Annoncé pour juin à un prix de 99 dollars (!),il sera proposé en plusieurs versions, chacune se distinguant au niveau de la couleur d’écriture/dessin. Sur la version noire, par exemple, on pourra écrire en blanc. Sur la blanche, en noir. Etc. Une version 4 couleurs est prévue pour « plus tard ».

Plus grand que celui de l’iPad, l’écran annoncé mesurera 190 x 270 mm, soit une diagonale de 33 cm (13 pouces), pour une résolution de 750 x 1080 pixels). Le poids: 280 gr. Caractéristique du système: sa faible consommation. L’autonomie annoncée atteindrait 180 heures. Un module Wi-Fi sera proposé en option… gratuite. Le fabricant évoque, pour plus tard, une mise à jour qui permettra la lecture de fichiers PDF. Il dit aussi travailler à un système de reconnaissance de caractères.

Y a-t-il un marché pour ce type de produit? A voir…

L’ebookstore de Google pas encore en Europe

On en parlait jusque là comme de « Google Editions ». Pour le lancement de ce nouveau service, l’entreprise américaine a revu son nom: c’est Google eBooks. Cette librairie en ligne, fruit de plusieurs années de travail visant à numériser des millions d’ouvrages, est entrée dans sa phase active aujourd’hui… aux Etats-Unis. Aucune information précise ne permet d’indiquer quand elle sera ouverte au reste du monde et particulièrement à l’Europe.

L’idée? Proposer l’achat de livres sous format électronique que l’on pourra lire ensuite sur plusieurs plateformes: iPhone, iPad, appareils Android, ordinateurs, Reader de Sony, Nook de Barnes & Noble… On notera que le Kindle d’Amazon, actuel leader du secteur, n’est pas inclus.

Les utilisateurs pourront « stocker » les ouvrages achetés sur une sorte de bibliothèque personnelle en ligne à laquelle ils accèderont via leur compte… Google. Le contenu regroupe des ouvrages de référence, des livres scolaires et scientifiques, des romans du domaine public en plus de best-sellers. Selon les responsables de Google, ce sera « la plus grande librairie électronique de la planète ».

La Fnac passe à la liseuse

A partir du 10 novembre, la Fnac commercialisera sa propre liseuse électronique, le FnacBook. A l’image du libraire américain Barnes & Noble avec son Nook, le groupe français espère donc pouvoir opposer une concurrence respectable à Sony, Amazon et Apple (sans parler des autres) avec un appareil de petit format (écran tactile de 7,6 x 10,2 cm, soit 6 pouces: un rien plus grand que le Reader Pocket Edition de Sony).

Sa mémoire est de 2 GB (extensible via carte microSD). Le FnacBook, proposé à 199 euros, permettra de lire les fichiers ePub, txt, PDF, mais aussi MP3, JPEG, etc.

Compatible Windows et MacOS, le FnacBook est Wi-Fi. En France, l’acquéreur bénéficiera d’une connexion 3G gratuite. L’appareil, fabriqué par Sagem, disposera à son lancement d’un catalogue en ligne de 80.000 livres et 750 BD.

Il semble que, dans un premier temps en tout cas, la Fnac limite la commercialisation de son appareil à l’Hexagone. Si ses dirigeants ont choisi un nom aussi peu francophone que FnacBook, ce ne peut cependant être que dans l’espoir d’une distribution internationale.

Sony passe à la lecture

Disponible depuis des mois à l’étranger et notamment en France, les ebooks de Sony vont enfin être officiellement commercialisés en Belgique.

Faisant table rase du passé (on oublie les modèles « anciens »), le fabricant japonais se concentre uniquement sur ses deux nouveaux modèles: il lancera son Reader Pocket Edition et le Reader Touch Edition à partir de la mi-octobre dans les magasins Sony Center. Ils seront commercialisés par la Fnac un mois plus tard.

Les deux appareils sont équipés de 2 GB de mémoire. Sony considère que cela permet de stocker l’équivalent de 1200 livres. Le Reader Touch Edition peut en outre accueillir jusqu’à 32 GB de mémoire supplémentaire et permet l’écoute de fichiers audio en .mp3 et .aac.

Le Reader Pocket Edition (155 gr., écran tactile de 5 pouces, soit 12,7 cm) sera proposé en argenté, rose ou bleu et vendu 180€.
Le Reader Touch Edition (220 gr., écran tactile de 6 pouces, 15,24 cm) sera proposé en argenté, rouge ou noir et vendu au prix de 230€.

Le Nook à vendre

Confronté à un paysage économique en plein mouvement, le grand libraire américain Barnes & Noble serait à vendre, selon le Wall Street Journal.

B&N? Inconnu de ce côté de l’Atlantique, le libraire américain serait le plus important des Etats-Unis et même du monde avec 720 magasins sans compter 637 autres installés sur les campus universitaires. Barnes & Noble vend des livres, mais aussi des DVD, notamment en ligne. Depuis l’an dernier, il est aussi actif dans le secteur de l’ebook avec le Nook, concurrent direct du Kindle d’Amazon et donc aussi de l’iPad.

Envie de vous payer une prestigieuse chaîne de librairies? Si vous avez 700 millions de dollars qui traînent quelque part,…

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.