Blog Archives

Finalement, je n’en veux plus!

Quand il achète un appareil, le consommateur américain bénéficie de la possibilité de se faire rembourser son achat au cours des jours suivants s’il n’est pas satisfait. A en croire All Things Digital, qui cite comme source ITG Investment Research, 13% des consommateurs ayant acheté un Samsung Galaxy Tab l’avaient rapporté au magasin à la fin de l’année dernière. Si l’on reprend les chiffres arrêtés à la mi-janvier – et qui couvrent donc la période d’achats réalisés durant les fêtes, ce pourcentage monte à 16%. C’est évidemment énorme d’autant que, durant la même période, le pourcentage de retours de l’iPad n’est que de… 2%.

Ces chiffres n’expliquent malheureusement pas les raisons pour lesquelles les consommateurs n’ont pas tenu à conserver le Samsung Galaxy Tab. Est-ce l’appareil qui les a déçus? Son format? L’instabilité de la version d’Android (Froyo, dont on sait qu’elle n’est pas spécifiquement conçue pour les tablettes) installée dessus?

Ces questions susciteront certainement débat chez Apple et Samsung, mais aussi chez les autres acteurs de ce marché.  Même chose pour cette information publiée par Localytics: 26% des applications téléchargées en 2010 – et ceci prend en compte à la fois les 400.000 applications d’iOS et les 200.000 d’Android, mais aussi celles pour BlackBerry et Windows Phone 7 – ne sont utilisées qu’une fois. Ce pourcentage va croissant: il n’était que de 22% au cours du premier trimestre 2010, il a atteint 28% au cours du dernier. Ceci étant, au vu du nombre d’applications qui sont publiées tous les jours, parfois de façon brièvement gratuite, ce résultat est-il si surprenant?

Gâteau plus grand, morceaux plus petits

Quand on est seul sur un marché, on ne peut que voir sa part du gâteau diminuer.

C’est ce qui arrive aujourd’hui avec l’iPad qui serait passé, selon Strategy Analytics (cité par Bloomberg), de 95% de part de marché au 3e trimestre 2010 à 75% au cours des trois derniers mois de 2010.

C’est évidemment Android qui progresse de la façon la plus significative: le système d’exploitation de Google serait passé de 100.000 à 2,1 millions de tablettes, ce qui lui aurait permis d’obtenir 22% au cours du quatrième trimestre.

Le Galaxy Tab de Samsung aurait été le principal moteur de cette poussée.

Au vu du nombre d’acteurs qui semblent décidés à se faire une place au soleil de la tablette, on peut prévoir sans grand risque que la tendance ira en s’amplifiant. Mais elle concernera aussi des volumes plus importants. Le cabinet iSuppli prévoit que 57 millions de tablettes seront vendues dans le monde cette année et 171 millions en 2014.

Combien de tablettes sous le sapin? Et quelles sortes…?

Tablette, tablette, qui n’a pas sa tablette? L’engouement pour le concept est tel que, en cette fin d’année, on voit fleurir des appareils de tous les prix.

Dans cet extrait de l’actuel « folder » des magasins Photo-Hall, on trouve ainsi, côte à côte, un modèle vendu 159€ et un autre à 749€. Ils ont la même taille d’écran et utilise le même système d’exploitation Android, bien que dans deux versions différentes (2.1 pour le premier, 2.2 pour le second). Pas sûr que le non spécialiste puisse s’y retrouver!

Deux modèles Point of View, deux autres d’Archos et le dernier est labellisé Samsung.

On ne présente plus le dernier, devenu, en quelques années, le numéro un de l’électronique de loisirs sur le marché belge et qui a fait son entrée sur le marché des tablettes avec le Galaxy Tab P1000.

Archos, c’est cette entreprise française qui a toujours pris le marché belge de haut. Pionnière du secteur, elle n’est jamais parvenue à tirer parti de son avance et est maintenant lancée dans une course contre la montre dont l’objectif est simple: conserver un nom sur le marché alors que des kyrielles de concurrents s’y déploient.

Et puis il y a Point of View, une entreprise néerlandaise qui possède des antennes à Taiwan, en Chine, à Hong Kong, en France et aux Etats-Unis. Peu ou pas connue du grand public, elle est spécialisée dans les cartes graphiques. Mais dans le secteur des tablettes, elle a tout à prouver.

Moins d’un an après le lancement de l’iPad, le marché des tablettes tend déjà à se banaliser. C’est là qu’il convient d’être attentif. Il y a tablette et tablette.

iPad plutôt que Galaxy Tab (sondage)

Au terme d’une enquête au cours de laquelle des consommateurs sélectionnés de façon aléatoire ont été interrogés, le bureau Piper Jaffray considère qu’une nette majorité des répondants opteraient pour l’iPad d’Apple plutôt que pour le Galaxy Tab de Samsung (source: PCMag).

Pour procéder à cette enquête, ses initiateurs ont demandé aux personnes sélectionnées de prendre chacun des deux appareils en main pendant un certain temps. De quoi leur permettre de découvrir l’approche, son utilisation, ses caractéristiques. Les participants ont ensuite eu à indiquer vers quel appareil allaient leurs préférences. Verdict: 85% pour l’iPad, 15% pour le Galaxy Tab.

Une bonne nouvelle pour Apple, d’autant que, selon un analyste du Wall Street Journal, les ventes d’iPad pourraient atteindre 32 millions d’unités en 2011 et, dès lors, devenir une des plus importantes sources de revenus de l’entreprise californienne.

Sans en avoir l’air, Samsung…

Souvent présenté comme le plus crédible concurrent actuel à l’iPad – en dépit d’un format sensiblement plus petit -, le Galaxy Tab de Samsung se serait vendu à 600.000 exemplaires au cours des 30 jours ayant suivi son lancement. Ce résultat, s’il est confirmé, pourrait permettre à Samsung d’atteindre son objectif: un million d’unités vendues avant la fin de l’année.

Histoire de souligner que sa présence sur le marché des tablettes est tout sauf une passade, le géant coréen a par ailleurs annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat avec Polycom, présenté comme le « leader mondial des communications unifiées ».

Dans le cadre de cet accord, Polycom développera des applications vidéo basées sur les normes qui seront intégrées et distribuées sur le GALAXY Tab.

« La stratégie différenciée de Polycom consiste à offrir des solutions UC innovantes sur les plates-formes mobiles de ses partenaires et non de créer des systèmes propriétaires », déclare Sudhakar Ramakrishna, Directeur général des produits UC et Directeur du développement chez Polycom. « Contrairement aux autres applications vidéo mobiles, nous sommes persuadés que l’application de Polycom entraînera un effet de réseau chez les utilisateurs et les entreprises qui pourront se connecter entre eux grâce au SmartPad GALAXY Tab de Samsung, mais aussi grâce à d’autres systèmes de visioconférence, de téléprésence et d’applications basés sur les normes. »

Les deux coups de Toshiba

Acteur majeur de l’audio-vidéo en plus de l’informatique au Japon et aux Etats-Unis, Toshiba n’a jamais réussi à s’imposer chez nous où il n’est surtout connu que par ses PC portables ou son matériel de bureautique. Le fait que la marque japonaise ait plusieurs fois changé de distributeur n’y est probablement pour rien. Reste que, malgré l’échec de son format HD-DVD, battu par le Blu-ray au cours d’une âpre guerre commerciale, Toshiba constitue un acteur très important. Et ces derniers mois viennent de le confirmer.

Voici quelques semaines, Toshiba annonçait le Libretto W100. Rien à voir avec l’ancien Libretto U100! Le Libretto W100 est un ordinateur portable présentant deux écrans LED tactiles de 7 pouces (un peu moins de 18 cm) offrant une résolution de 1024 x 600. De quoi jouer les livres électroniques de façon assez réaliste! Mais, en mode horizontal, l’appareil permet par exemple la consultation d’un document sur l’écran du haut et la prise de notes sur celui du bas. Absence de clavier physique oblige, le Libretto peut faire apparaître un clavier virtuel sur l’écran du bas.

Plus petit et léger qu’un netbook (mais quand même 819 grammes), différent de ce qui existe par ailleurs, le Libretto tourne sous Windows 7. Il est équipé d’un processeur Intel Pentium U5400, d’un port USB 2.0, d’un accéléromètre, d’une webcam 1 megapixel, de Bluetooth, Wi-Fi (802.11 b/g/n),… Présenté actuellement à l’IFA, il devrait être commercialisé ces prochains jours au prix de (ouille!) 1.200€ (tvac). C’est évidemment là le point qui fait mal. Mais Toshiba n’a apparemment aucune intention de chercher à imposer la voie ouverte par ce concept (qui rappelle le Courier de Microsoft): le Libretto W100 n’est proposé qu’en édition limitée.

Ce n’est pas le cas d’une nouveauté de Toshiba présentée depuis vendredi à l’IFA de Berlin.

Le Folio 100 se positionne sur le même pied que le Galaxy Tab de Samsung: en concurrent de l’iPad. Tournant lui aussi sous Android 2.2 (Froyo), cette tablette de 760 grammes avoue 14 mm d’épaisseur. Son écran tactile de 10,1 pouces (25,7 cm)  affiche une résolution de 1024 x 600 pixels. Le Folio 100 est doté d’une mémoire de 16 Gb. Pas beaucoup! Heureusement, il est possible de l’augmenter carte SD. Une manière de proposer un prix moins élevé sans complètement enfermer l’utilisateur. Autres éléments de l’équipement: webcam 1,3 million de pixels, port HDMI mini, port USB 2.0, lecteur de carte SD/MMC, Bluetooth 2.1, Wi-Fi (802.11 b/g/n). A l’image de l’iPad, le Folio 100 est proposé en version Wi-Fi (disponibilité: octobre; prix annoncé: 449€). La version 3G ne devrait arriver qu’au premier trimestre 2011 à un prix de 499€. Ce qui devrait mettre la pression sur Samsung!

Samsung contre Apple

Précédé d’une campagne de buzz solidement orchestrée (http://www.ipadcentral.be/?p=570), le Galaxy Tab de Samsung a été officiellement présenté ce matin.

« iPad killer » désigné, le produit coréen est plus petit que le joujou d’Apple (écran de 7 pouces, soit exactement la taille qui pourrait être celle d’un hypothétique deuxième modèle d’iPad, si l’on en croit les rumeurs), mais met en avant trois caractéristiques qui n’ont rien du hasard:
– la compatibilité avec Flash 10.1, grâce à l’utilisation de l’OS Android 2.2 (Froyo)
– la présence de deux caméras (une frontale et une dorsale), l’une pour la visiophonie (1,3 million de pixels), l’autre de 3 millions de pixels avec flash LED et mise au point automatique
– la possibilité de téléphoner

Contacté ce soir, Samsung Belgique n’a pas été en mesure de préciser quand le Galaxy Tab serait commercialisé chez nous, ni à quel prix. Concernant ce dernier, les rumeurs qui circulent à Berlin évoquent un prix public de 700 ou 800 euros. A confirmer, bien sûr, mais si tel était le cas, on peut redouter pour Samsung que le succès ne soit pas au rendez-vous.

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.