Blog Archives

Les navigateurs nouveaux sont arrivés

En l’espace de quelques jours, deux nouveaux navigateurs dédiés à l’iPad sont apparus: Opera Mini et iChromy. Pour le premier, disponible depuis longtemps sur iPhone, il s’agit de la version 6.0 qui est désormais compatible avec toutes les plateformes iOS et donc notamment avec l’iPad. Verdict? Léger et assez rapide. A essayer, d’autant qu’Opera Mini est gratuit.

C’est aussi le cas du petit nouveau, iChromy. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, il ne s’agit pas d’une déclinaison de Chrome pour iPad (on n’est pas sûr que Google soit tellement motivé par l’idée). Il en reprend seulement la disposition d’onglets au-dessus de la fenêtre (malheureusement non réarrangeables), mais s’appuie sur le WebKit de Safari Mobile.

Le défi du leader

« Quelle est la différence entre un grand téléphone et une tablette? » avait ironisé Eric Schmidt, alors PDG de Google, lors de la présentation de l’iPad, voici à peu près un an.
Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Le marché a explosé et c’est par dizaines – certains laissent même entendre que la barre des 100 modèles pourrait être dépassée – que les concepts concurrents arrivent ou se préparent à arriver sur l’un ou l’autre marché de la planète.
Le grand problème, c’est leur manque d’originalité. Pour la plupart, ils évoquent de pâles copies de l’original. A ce stade, aucun autre appareil commercialisé n’est parvenu à constituer une véritable concurrence pour l’iPad. L’esthétique, le prix, les performances, la convivialité,… En mars 2011, même sans Flash, sans webcam et sans prise USB, l’iPad reste inégalé. Mais demain? Pour conserver son avantage actuel sur le terrains des tablettes comme il le fait depuis 2007 sur celui des smartphones, Apple se doit de présenter un iPad 2 doté d’un profil suffisamment porteur. Le sera-t-il? Réponse ce soir.

2011: iPad 2 et Honeycomb

Souvent sans citer leur source, de nombreux sites et blogs reprennent la même information publiée aujourd’hui par Digitimes: à l’en croire, Foxconn devrait démarrer la production de de l’iPad 2 à partir de la fin février 2011. On parle d’un volume initial de 400.000 à 600.000 unités.

Rumeur…

Ce qui l’est beaucoup moins, ce sont les préparatifs de Google pour s’attaquer lui aussi au marché des tablettes. Pas avec du matériel, avec un système d’exploitation. On parle certes d’Android, mais dans une version spécifiquement développée pour les tablettes, sous le nom de code Honeycomb et qui devrait être Android 3.0.

Un prototype signé Motorola a été présenté hier par Andy Rubin, vice-président de Google, lors d’une conférence aux Etats-Unis. Bizarrement, l’appareil ne semble pas avoir de boutons: uniquement des connecteurs et, bien sûr, un écran tactile, multitouch. La commercialisation serait prévue dans « le courant de l’année prochaine ».

L’ebookstore de Google pas encore en Europe

On en parlait jusque là comme de « Google Editions ». Pour le lancement de ce nouveau service, l’entreprise américaine a revu son nom: c’est Google eBooks. Cette librairie en ligne, fruit de plusieurs années de travail visant à numériser des millions d’ouvrages, est entrée dans sa phase active aujourd’hui… aux Etats-Unis. Aucune information précise ne permet d’indiquer quand elle sera ouverte au reste du monde et particulièrement à l’Europe.

L’idée? Proposer l’achat de livres sous format électronique que l’on pourra lire ensuite sur plusieurs plateformes: iPhone, iPad, appareils Android, ordinateurs, Reader de Sony, Nook de Barnes & Noble… On notera que le Kindle d’Amazon, actuel leader du secteur, n’est pas inclus.

Les utilisateurs pourront « stocker » les ouvrages achetés sur une sorte de bibliothèque personnelle en ligne à laquelle ils accèderont via leur compte… Google. Le contenu regroupe des ouvrages de référence, des livres scolaires et scientifiques, des romans du domaine public en plus de best-sellers. Selon les responsables de Google, ce sera « la plus grande librairie électronique de la planète ».

Face à Apple, Google et Microsoft, l’Europe soutient Symbian et Nokia.

Windows? Américain. iOS et MacOS? Américains. Android? Américain. Symbian? Européen. La guerre entre systèmes d’exploitation d’appareils mobiles n’est pas que commerciale. Elle est aussi économique, donc politique. Particulièrement en période de crise, lorsque tous les moyens sont bons pour tirer son épingle du jeu.

Et donc, l’Europe prend fait et cause pour Symbian.

Pour faire court – si vous souhaitez découvrir la version longue, en anglais, cliquez ici -, le consortium SYMBEOSE (« Symbian – the Embedded Operating System for Europe ») a été créé par 24 organisations (des fabricants d’appareils, des opérateurs, des universités,…) issues de huit pays. Il va investir 11 millions d’euros dans la recherche et le développement de projets permettant d’améliorer la plateforme Symbian. Le projet a reçu la bénédiction de la Commission Européenne qui va mettre sur la table un montant identique. Au total, c’est donc 22 millions d’euros dont Symbian – donc, Nokia – va bénéficier.

On notera qu’il est ici question de Symbian, mas de MeeGo. Mais il est vrai que MeeGo résulte d’une association entre Nokia et Intel, entreprise américaine… On attend la réaction US. Pas sûr, en effet, que Google, Apple ou Microsoft laissent passer cela sans en parler à la Maison Blanche ou à la direction de l’OMC. S’agit-il de pratiques concurrentielle loyales? L’iPad, l’iPhone, les appareils tournant sous Android ou Windows Phone 7 n’en sortent-ils pas affaiblis? La guerre des systèmes d’exploitation de téléphones mobiles et de tablettes vient de prendre une nouvelle tournure…

Vers un front d’opérateurs?

C’est Le Figaro qui l’annonce: « Stéphane Richard va réunir, le 8 octobre à Paris, ses homologues de Deutsche Telekom, Telefonica et Vodafone. Les quatre opérateurs européens, qui représentent ensemble près d’un milliard de clients, veulent réfléchir à la création d’un système d’exploitation commun pour leurs téléphones… » Stéphane Richard? Le patron d’Orange, ex-France Telecom, la maison-mère de Mobistar.

Le bonhomme considèrerait que l’iOS d’Apple et l’Android de Google sont devenus des « chevaux de Troie » permettant à ces deux entreprises d’établir une relation directe entre les consommateurs et eux, réduisant ainsi le poids des opérateurs. Surtout que ces deux systèmes d’exploitation ne se limitent pas aux téléphones mobiles, mais désormais aussi aux tablettes. Avant, peut-être, d’autres secteurs.

Ces quatre opérateurs ont-ils assez de poids pour faire plier ou au moins concurrencer Apple et Google? Avec un milliard de clients, environ 15% de la population mondiale, ils ont en tout cas de sérieux arguments. Si on peut douter qu’ils se lancent dans la conception d’un tout nouveau système d’exploitation, ils pourraient prendre exemple sur ce qu’a fait China Mobile: développer une version propre de Android, afin de la tailler à des services et des produits spécifiques. A moins qu’ils ne préfèrent faire de même avec un système d’exploitation qu’ils connaissent bien et depuis longtemps: Symbian OS.

Affaire à suivre.

Android vainqueur, Windows perdant

Le nombre important de fabricants ayant choisi de soutenir Android (Samsung, Sony Ericsson, LG,…) devrait permettre à l’OS de Google de chatouiller Symbian comme premier système d’exploitation pour les appareils mobiles et ce, dès 2015.

Voilà ce qui ressort d’une étude du bureau Gartner. Selon elle, la part de marché des appareils tournant sous Symbian – désormais essentiellement Nokia – devrait passer de 46,9% en 2009 à 30,2% en 2014. Parallèlement, RIM (BlackBerry) verrait sa propre part passer de 19,9% l’an dernier à 11,7% en 2014.

L’iOS cher à Apple passerait de 14,4% en 2009 à 14,9% en 2014… ce qui marquerait une diminution puisque Gartner voit iOS s’octroyer plus de 17% du marché en 2011. Rappelons que, à ce stade, iOS fait tourner iPad, iPhone et iPod Touch.

Pour les téléphones mobiles tournant sous Windows, la situation serait pire: ils passeraient de 8,7% l’an dernier à un maigrichon 3,9% dans quatre ans.

Le grand vainqueur serait l’Android de Google qui passerait de 3,9% en 2009 à 29,6% en 2014. De quoi conclure que, dès 2015, il dépasserait Symbian. Notons que ces chiffres n’ont trait qu’aux parts de marché. En unités vendues, on constate que tous les formats (en ce compris Windows) progressent de façon spectaculaire. Les smartphones vont donc continuer à gagner en popularité. On remarquera également sur le tableau la mention ‘Autres systèmes d’exploitation’ qui, on suppose, regroupe Palm et MeeGo, notamment.

Il ne s’agit bien sûr ici que de prévisions. Et on peut imaginer que le nouveau PDG de Nokia, Stephen Elo, aura à cœur d’inverser la tendance annoncée pour Symbian. Idem pour Steve Ballmer: si les chiffres annoncés pour Windows Mobile devaient se confirmer, cela confirmerait que le système d’exploitation de Microsoft se limite à un rôle de figuration.

Google contre iPad

Toujours non officielle, l’information semble se confirmer: Google finaliserait bien le développement d’une tablette tournant sous Chrome OS. Elle serait fabriquée par HTC et serait commercialisée aux Etats-Unis le 26 novembre en partenariat avec l’opérateur Verizon.

Chez Google, on réagit… par le silence.

A ce stade, aucune information fiable n’est disponible quant aux caractéristiques techniques de ce concurrent annoncé de l’iPad, de son prix, ni d’une date de disponibilité en Europe.

Pour rappel, on s’attend à voir débouler sur le marché une kyrielle de tablettes d’ici à mars prochain, avec une pointe à l’occasion des fêtes de fin d’année. Dell, Samsung, LG Electronics, Asus, Research in Motion, Acer, Hewlett-Packard ne sont que quelques-uns des acteurs qui ambitionnent de croquer un gâteau qui, selon IDC, devrait représenter 12 millions d’appareils vendus dans le monde d’ici le 31 décembre et 25 millions fin 2011.

Il se murmure par ailleurs qu’Apple serait occupé à réduire les délais de livraison de l’iPad. Ils seraient passés de 10 à 5 jours.

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.