Blog Archives

Le tweet plutôt que la bulle, votre sainteté

Alors qu’on évoque l’arrivée en Europe de tablettes d’Amazon pour les fêtes de fin d’année, alors que les rumeurs de l’annonce de l’iPhone 5 courant septembre foisonnent, alors que les utilisateurs de la tablette Samsung Galaxy Tab peuvent désormais se connecter sur un Mac (après avoir téléchargé ce logiciel; plus d’infos sur http://www.samsung.com/us/support/downloads/GT-P7510MAVXAB), alors que la version iPad de Skype continue de se faire attendre et alors que Fring en profite pour dévoiler ses avantages (par exemple permettre la vidéoconférence à 4), le Pape vient d’envoyer son premier tweet au départ d’un iPad.

Tout va bien. Dormez en paix, braves gens.

Les petits lapins arrivent

C’est le big boss lui-même qui l’annoncé via Twitter: plusieurs fois envisagée et systématiquement reportée, l’application Playboy pour iPad sera disponible le 18 mai. Et le message de Hugh Hefner précise que le magazine sera présenté de manière « complète et non censurée ». Ce qui interpelle: Apple aurait-il décidé d’accorder un traitement de faveur au magazine américain (en général, toute application intégrant un contenu relativement osé est interdite d’App Store) ou celui-ci a-t-il trouvé une parade? Cela pourrait consister en un contenu « sage » proposé dans l’application, un complément plus coquin n’étant accessible qu’en ligne.

Autre question: l’application du magazine américain verra-t-elle sa distribution limitée géographiquement? Du genre USA et Canada, oui, le reste du monde, non ou pas encore. Ou bien, oui pour les pays occidentaux, mais non pour les régions liées à une religion sensible à ce genre de sujet.

Rendez-vous le 18 mai pour en savoir plus…

HootSuite: 3 réseaux en un

Déjà disponible pour iPhone, HootSuite vient de rendre disponible son application pour iPad. Elle permet de centraliser en un écran un ou plusieurs comptes Facebook, Twitter et FourSquare.

L’interface exploite bien la taille de l’écran de l’iPad et est efficace. Un clic suffit pour passer de l’actualité d’un réseau à celle de l’autre.

En mode horizontal, la colonne de gauche, fixe, superpose les onglets des trois sections. Poster simultanément un même message sur les trois réseaux est particulièrement facile: on encode le texte et on touche l’icône correspondant au(x) réseau(x) vers lequel on souhaite envoyer la bafouille. Il est même possible de planifier l’heure de la mise à jour du statut. Pratique pour un usage professionnel! Par contre, l’ajout d’une photo sur Facebook ne se fait que par un lien vers ladite photo. Un petit point négatif. De même, on aurait aimé que LinkedIn soit inclus.

Dans l’ensemble, cette application gratuite possède beaucoup d’éléments pour séduire les adeptes des réseaux sociaux… et leur permettre d’y consacrer moins de temps (?) pour en accorder plus aux « vrais » contacts.

Au revoir Tweetie 2

Plutôt que de repartir de rien pour créer son application pour iPhone, Twitter avait préféré racheter Tweetie.

Depuis, Loren Brichter, son développeur, a continué à bosser et il est possible désormais d’en trouver une version iPad. Qui ne s’appelle plus Tweetle 2, mais tout simplement Twitter. Et qui mérite vraiment le téléchargement, même si elle n’est pas (encore) exempte de faiblesses.

Messieurs les éditeurs, je vous fais une lettre…

Voilà des années que la presse se dit en crise. Les gens ne liraient plus de quotidiens ni de magazines, se contentant, pour s’informer, d’écouter la radio, de regarder la télévision et de surfer sur le Net… sans payer.

Dans leur course à l’audience, la plupart des éditeurs qui se respectent ont fait développer depuis deux ou trois ans des applications spécifiques permettant l’accès à leurs informations au départ de smartphones – et plus particulièrement de l’iPhone – et, aujourd’hui, de l’iPad. Le problème, c’est que beaucoup d’entre eux effectuent ce « passage » au moindre coût et sans imagination.

Certaines applications dédiées à la consultation de supports de presse sont si pénibles que l’on préfère retourner aux sites Web de ces supports. La lecture d’un journal ou d’un magazine sur l’iPad ne peut se limiter à une succession de pages en format PDF. Pour les éditeurs, une telle formule consisterait à se suicider aux yeux des lecteurs. L’iPad est un outil « connecté », que ce soit via Wi-Fi ou la 3G. Profitons-en. C’est aussi un appareil doté de capacités multimédia. Exploitons-les.

S’exprimant cette semaine lors d’un débat organisé à Sidney, Rupert Murdoch a dit combien l’iPad était pour lui « une plateforme parfaite » pour diffuser du contenu actualisé. On ne sait trop ce qu’il entend par là, mais une chose est sûre: les éditeurs disposent aujourd’hui d’une chance exceptionnelle pour « renverser la tendance » et se repositionner comme source d’information incontournable en profitant de l’expertise de leurs équipes rédactionnelles. Reste à revoir la forme. Comme beaucoup d’autres, le métier de journaliste évolue. Hier, c’était du papier. Aujourd’hui, c’est du papier et de l’Internet. Désormais, ce sera du papier, de l’Internet de l’iPad. Avant que, demain ou après-demain, peut-être, le papier ne disparaisse peu ou prou.

La première étape consiste à repenser le « produit ». Il ne s’agit pas de faire de l’original à tous prix. L’application développée par ABC News, par exemple, est amusante, mais risque de lasser rapidement.
Comme évoqué ci-dessus, il convient de partir d’une feuille blanche en tenant compte des particularités de l’iPad et des autres tablettes présentes ou à venir. Un exemple est proposé par cette application gratuite qui cartonne depuis sa sortie sur l’App Store: Flipboard. En mélangeant de multiples sources d’information, en associant textes à photos et vidéos, en intégrant les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter et en profitant des capacités de l’appareil que ce soit pour basculer du mode vertical à l’horizontal ou les effets des pages qui se tournent, Mike McCue et Evan Doll, les deux fondateurs de Flipboard, indiquent clairement aux éditeurs un exemple de voie à prendre… s’ils ne veulent pas mourir. Flipboard, c’est le journal de Papa revu par un Harry Potter de science-fiction.

On évoquera un autre point: le prix. Certains éditeurs font payer l’application destinée à la lecture de leurs contenus. Certes, des informaticiens et des graphistes ont œuvré à son développement et ce travail doit être rentabilisé. Mais, du simple point de vue du bon sens, est-il rationnel de demander de payer pour découvrir un produit dont on ignore la qualité ou l’intérêt? Nous préférons l’approche de Libération: le quotidien français offre son application et permet à un nouvel utilisateur de profiter de son journal gratuitement pendant une semaine. Un délai suffisant pour juger.

AP repense l’info

Téléchargeable gratuitement, l’application d’Associated Press offre une nouvelle manière de consommer l’information (en anglais).

Réellement pensée pour l’iPad, cette application combine textes, photos et vidéos au travers d’une interface personnalisable: à chacun d’indiquer s’il est intéressé par la politique, le sport, les infos économiques, la santé,… Les thèmes ainsi sélectionnés appararaissent sous forme de vignettes comportant un titre et parfois une photo. Il suffit de toucher une vignette pour que l’information s’affiche presque en plein écran: un petit bandeau publicitaire – non perturbant – apparaît au bas de l’écran tandis qu’une série de boutons de fonction s’affichent sur sa droite (renvoi vers Facebook, Twitter, par e-mail, etc.). A essayer.

Right Column Widgets

Welcome to the Right Column for the Evening Shade theme. You can put a variety of widgets in this location and to manage where they are published in your site, you can download the Widget logic plugin.